L’ONU dénonce la “réponse violente” de l’Iran après la mort de Mahsa Amini


GENÈVE: L’ONU a dénoncé mardi la mort de Mahsa Amini en détention après son arrestation par la “police des mœurs” iranienne et la violente répression des manifestations contre sa mort, exigeant une enquête indépendante.
« Haut-Commissaire des Nations Unies par intérim aux droits de l’homme Nada Al Nashif a exprimé aujourd’hui son inquiétude face au décès en détention de Mahsa Amini… et à la réaction violente des forces de sécurité face aux manifestations qui ont suivi”, a déclaré le bureau des droits de l’homme dans un communiqué.
La colère du public s’est accrue depuis que les autorités ont annoncé vendredi la mort d’Amini à l’hôpital après trois jours dans le coma, à la suite de son arrestation par la police des mœurs de Téhéran lors d’une visite dans la capitale le 13 septembre.
L’unité de police est chargée de faire respecter le code vestimentaire strict de l’Iran pour les femmes, y compris le port du foulard en public.
Des manifestations ont eu lieu à Téhéran, notamment dans plusieurs universités, et dans la deuxième ville de Mashhad, selon le Fars et les agences de presse Tasnim.
Selon certaines informations, la jeune femme de 22 ans a été « frappée à la tête avec une matraque et sa tête a été cognée contre le véhicule par la soi-disant police des mœurs », selon le communiqué de l’ONU.
Les autorités avaient déclaré qu’elle était décédée de causes naturelles.
« La mort tragique de Mahsa Amini et les allégations de torture et de mauvais traitements doivent faire l’objet d’une enquête rapide, impartiale et efficace par une autorité compétente indépendante, qui veille, en particulier, à ce que sa famille ait accès à la justice et à la vérité », a déclaré Al-Nashif dans le déclaration.
porte-parole du bureau des droits de l’ONU Ravina Shamdasani pendant ce temps, a déclaré aux journalistes que les forces de sécurité iraniennes auraient répondu aux protestations massives qui ont éclaté après la mort d’Amini “avec des balles réelles”.
On sait que jusqu’à cinq personnes sont mortes dans cette répression, a-t-elle déclaré.
Dans sa déclaration, Al-Nashif s’est également dite préoccupée par les lois sur le port obligatoire du voile en Iran, selon lesquelles apparaître en public sans hijab est passible d’une peine d’emprisonnement.
“Les autorités doivent cesser de cibler, de harceler et de détenir les femmes qui ne respectent pas les règles du hijab”, a déclaré le chef des droits de l’ONU par intérim, appelant à l’abrogation de toutes les lois et réglementations discriminatoires qui imposent le port obligatoire du hijab.



Leave a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*