Mattia Binotto : “L’arrivée de la voiture de sécurité à Monza était “tout simplement fausse”


Le directeur de l’équipe Ferrari, Mattia Binotto, a critiqué la FIA pour sa gestion des derniers tours du Grand Prix d’Italie.

La course de dimanche s’est terminée dans des conditions de voiture de sécurité en raison de l’abandon tardif de Daniel Ricciardo. La voiture de sécurité a été déployée au 48e tour sur 53, mais des complications déplaçant la voiture accidentée de Ricciardo du côté de la piste ont fait que le Grand Prix a manqué de tours avant que la course complète ne puisse reprendre.

Il y a eu une confusion supplémentaire lorsque la voiture de sécurité a rejoint la piste devant la voiture de George Russell à la troisième place plutôt que la voiture de Verstappen comme elle était censée le faire. Ce n’est qu’au tour 51 que Russell et les 10 voitures entre la voiture de sécurité et Verstappen ont été libérés, ce qui signifie qu’il y avait peu de temps pour entreprendre un redémarrage.

Si la course avait repris, cela aurait peut-être donné à Charles Leclerc de Ferrari une chance de dépasser Verstappen pour la victoire, mais Binotto insiste sur le fait que l’occasion manquée de Ferrari n’était pas la raison de sa critique.

“Je pense que nous aurions pu terminer la course différemment”, a-t-il déclaré à Sky Sports. “Finir la course derrière la voiture de sécurité n’est jamais génial.

“Ce n’est pas pour nous, mais pour la F1 et le spectacle et je pense qu’il y avait beaucoup de temps pour que la FIA agisse différemment aujourd’hui.”

La situation présentait des similitudes avec la finale controversée de la saison à Abu Dhabi l’année dernière, bien que dans ce cas, la course ait redémarré parce que la procédure de redémarrage de la voiture de sécurité n’avait pas été correctement suivie par le directeur de course Michael Masi.

La gestion de la course par Masi à Abu Dhabi a conduit à son remplacement au cours de l’hiver par Niels Wittich, qui était le directeur de course à Monza, et Eduardo Freitas, qui partage le rôle avec Wittich.

Binotto pense que Wittich aurait dû permettre à Russell et aux autres voitures devant Verstappen sur la route de dépasser la voiture de sécurité avant le 51e tour.

“Il n’y avait aucune raison de ne pas libérer les voitures entre la voiture de sécurité et le leader”, a ajouté Binotto. “S’ils attendent simplement la sécurité [of the marshals recovering Ricciardo’s car]nous savons qu’il y a maintenant un temps au tour minimum pour les voitures qui sont libérées, il est donc assez sûr de courir sur la piste à tout moment.

“Donc, attendre autant est tout simplement faux et pas bon pour le sport. Après Abu Dhabi l’année dernière, nous avons eu de longues discussions sur la façon de nous améliorer car l’objectif final et le but est d’essayer de redémarrer la course dès que possible dans un coffre-fort Et certainement aujourd’hui, cela aurait pu arriver.

“Donc la FIA a beaucoup changé dans ce domaine, mais je pense quand même qu’ils ont besoin de plus d’expérience et devraient faire un meilleur travail parce que la F1 mérite un meilleur travail à cet égard.”

La FIA a publié une déclaration défendant la gestion de la course, déclarant que la sécurité des commissaires avait été la priorité, ne s’assurant pas que la course reprenne.

“Bien que des efforts aient été déployés pour récupérer rapidement la voiture n°3 et reprendre la course, la situation s’est développée et les commissaires n’ont pas été en mesure de mettre la voiture au point mort et de la pousser sur la voie d’évacuation”, indique un communiqué de la FIA.

“Comme la sécurité de l’opération de récupération est notre seule priorité, et que l’incident n’était pas suffisamment important pour nécessiter un drapeau rouge, la course s’est terminée sous la voiture de sécurité en suivant les procédures convenues entre la FIA et tous les concurrents. Le chronométrage de la voiture de sécurité période à l’intérieur d’une course n’a aucune incidence sur cette procédure.”

Mais Binotto pense que la libération des voitures n’aurait pas compromis la sécurité du processus de récupération.

“Je ne suis pas tout à fait d’accord car dans le règlement, il y a un temps au tour minimum que les pilotes doivent respecter, donc ils ne peuvent pas simplement faire le tour de la piste à fond, ils doivent respecter ce temps au tour”, a-t-il déclaré lorsqu’on lui a demandé si ce serait dangereux de dégager les voitures de l’arrière de la voiture de sécurité.

“Il y avait beaucoup de drapeaux jaunes et ce sont des pilotes de F1 à la fin, donc je ne pense pas qu’il y ait de risque. Donc, comme nous en avons discuté après Abu Dhabi, nous devrions accélérer les opérations et aujourd’hui nous ne l’avons pas fait.”

Leave a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*