UE et Covid-19: quand un vaccin ne fait qu’ajouter au problème


BRUXELLES: les dirigeants de l’Union européenne ne se réunissent plus autour d’une table au sommet ovale commune pour négocier leurs fameux compromis. Au lieu de cela, chacun des 27 regarde les autres chefs d’État ou de gouvernement avec suspicion via un écran vidéo qui montre une mosaïque de capitales lointaines.
C’est ce que Covid-19 a réalisé.
Les grands espoirs que la crise encouragerait un nouveau bloc plus serré à faire face à un défi commun ont cédé la place à la réalité de la division: la pandémie a opposé un pays membre à un autre, et de nombreuses capitales à l’UE elle-même, comme le symbolisent les dissociés, des réunions virtuelles que les dirigeants tiennent maintenant.
Les dirigeants se battent pour tout, des passeports antivirus à la promotion du tourisme jusqu’aux conditions pour recevoir une aide pandémique. Pire encore, certains attaquent les structures mêmes que l’UE a construites pour faire face à la pandémie. Le mois dernier, le chancelier autrichien Sebastian Kurz a décrié comment l’achat de vaccins dans le bloc était devenu un «bazar», alléguant que les pays les plus pauvres avaient été supprimés tandis que les riches prospéraient.
“La cohésion politique interne et le respect des valeurs européennes continuent d’être remis en question dans différents coins de l’Union”, a déclaré le Centre politique européen dans une étude un an après que la pandémie a balayé la Chine et englouti l’Europe.
Dans certains endroits, il y a eu des demandes de responsabilité politique.
Mercredi, en République tchèque, le Premier ministre Andrej Babis a limogé son ministre de la Santé, le troisième à être limogé lors de la pandémie dans l’un des pays les plus durement touchés d’Europe. La semaine dernière, le gouvernement slovaque a démissionné suite à un accord secret pour acheter le vaccin russe Spoutnik V, et en Italie, le premier ministre Giuseppe Conte a été contraint de démissionner pour avoir géré les retombées économiques de la pandémie.
Mais dans l’ensemble, les bouleversements politiques à travers l’UE ont été atténués, étant donné qu’un demi-million de personnes sont mortes dans la pandémie. Au niveau de l’UE, aucun appel sérieux n’a été lancé pour l’éviction de la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, directrice générale du bloc, bien qu’elle ait reconnu que de graves erreurs ont été commises.
Il est clair que l’UE n’a pas encore été à la hauteur de l’occasion – et on ne sait pas si elle le peut. Le Centre politique européen a noté qu ‘«il n’y a pas de fin immédiate en vue à la crise sanitaire, sans parler des inévitables défis économiques structurels.
L’UE et ses pays, bien entendu, ont été victimes de certains événements indépendants de leur volonté, comme l’ont fait d’autres pays du monde entier. De bons arguments peuvent être avancés selon lesquels une partie des problèmes du bloc est due aux retards de livraison de la société pharmaceutique anglo-suédoise AstraZeneca. Mais une partie de la crise était manifestement auto-infligée.
La plainte typique est qu’il n’existe pas de structure sanitaire unie dans l’UE pour lutter contre la pandémie et que la santé reste en grande partie un domaine national. Mais depuis des années, le bloc a eu un régulateur commun des médicaments, l’Agence européenne des médicaments. Et depuis l’été dernier, l’UE a décidé de mettre en commun les achats de vaccins et de les répartir équitablement entre les 27 nations, grandes et petites, plus riches et plus pauvres.
Mais alors que certains pays non membres de l’UE accéléraient les autorisations d’utilisation d’urgence, l’EMA a progressé plus lentement, du moins en partie parce qu’elle suivait un processus largement similaire à la procédure d’homologation standard qui serait accordée à tout nouveau vaccin. Le premier feu vert de l’agence pour un vaccin est venu environ trois semaines après que l’un a été approuvé au Royaume-Uni – le premier pays à autoriser une injection de COVID-19 rigoureusement testée.
Le bloc n’a jamais rattrapé son retard. Vendredi, le Royaume-Uni, par exemple, avait administré au moins une dose à 46,85% de ses citoyens, contre 14,18% dans l’UE.
L’UE a également commis l’erreur d’assimiler à outrance la sécurisation des vaccins à des injections dans les bras – et de sous-estimer les difficultés liées à la production et à la distribution en masse d’un produit aussi délicat. Alors que les négociateurs de l’UE se concentraient sur les clauses de responsabilité dans un contrat, d’autres nations pensaient à la logistique et poussaient à la vitesse et au volume.
Et tandis que des pays comme les États-Unis scellaient leurs frontières aux exportations de vaccins, l’UE a pris la haute moralité et a maintenu les exportations à flot – au point qu’au cours du premier trimestre de l’année, presque autant de doses ont quitté le bloc pour les pays tiers que l’étaient livrés aux États membres de l’UE qui réclament.
En plus des faux pas avec le déploiement du vaccin, l’UE tardera à décaisser les fonds de son plan de sauvetage de 750 milliards d’euros (890 milliards de dollars), qui partagera la dette et accordera des subventions aux membres les plus pauvres d’une manière sans précédent. Mais les querelles entre les dirigeants au sujet de certaines clauses et règles complexes en ont fait tout sauf un processus rapide. Pire encore, la Cour constitutionnelle allemande pourrait encore torpiller ou retarder davantage toute l’initiative.
La nature de la crise peut être différente de celle du passé, mais des obstacles familiers sont apparus: une bureaucratie onéreuse, des retards inutiles en raison de conflits juridiques et techniques ont éclipsé la situation dans son ensemble et des politiciens se chamaillant faisant passer l’intérêt personnel avant le bien commun.
La semaine dernière en a été un bon exemple. L’EMA a réitéré son conseil à tous les pays membres de s’unir – cette fois de continuer à utiliser les jabs AstraZeneca pour tous les adultes malgré un lien possible avec des cas extrêmement rares de coagulation sanguine.
Au lieu de cela, quelques heures après l’annonce, la Belgique est allée à l’encontre de cette recommandation, interdisant AstraZeneca aux citoyens de 55 ans et moins, et d’autres ont émis ou maintenu des restrictions similaires.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*