Mort de Marielle de Sarnez – François Bayrou et la classe politique en deuil : “Voici le jour en trop”


Le monde politique est en deuil : mercredi 13 janvier 2021, la député centriste Marielle de Sarnez est morte à l’âge de 69 ans, à l’hôpital parisien de la Pitié-Salpêtrière. Comme l’a rapporté l’AFP, l’ancienne ministre et présidente de la commission des Affaires étrangères de l’Assemblée souffrait d’une leucémie. Dès l’annonce de son décès, de nombreux pairs lui ont rendu hommage, tous bords confondus.

Marielle de Sarnez a été le bras droit de François Bayrou pendant des décennies et c’est lui qui a annoncé avec une vive émotion le décès de sa collaboratrice à l’AFP. “Voici le jour en trop. Marielle, si talentueuse et si courageuse, Marielle de Sarnez vient de partir. Notre chagrin est immense“, a salué sur Twitter le patron du MoDem.

Une minute de silence a été respectée à l’Assemblée nationale où avait lieu un débat sur le déploiement des Maisons France Services. “L’Assemblée nationale perd une de ses membres éminentes, la diplomatie parlementaire une grande représentante“, a réagi son président, Richard Ferrand, exprimant son “immense tristesse“. De son côté, le Premier ministre Jean Castex a commenté : “C’est de la loyauté à ses engagements que Marielle de Sarnez puisait sa force pour moderniser notre démocratie et défendre une certaine idée de l’Europe. Ses combats resteront plus que jamais aussi les nôtres.”

Femme de tête et femme de coeur, militante de la construction européenne, Marielle de Sarnez vient de partir et elle nous manque déjà“, a fait valoir le ministre de l’Economie, Bruno Le Maire, alors que son successeur au portefeuille des Affaires européennes, Clément Beaune, a salué “une engagée de l’Europe, une femme d’un immense courage“. Mais ce sont aussi les adversaires politiques de Marielle de Sarnez qui ont salué sa mémoire : “Grande tristesse : Marielle de Sarnez nous est retirée. Honneur à une adversaire exemplaire de loyauté, de respect des autres et de créativité. Le service du pays perd une utile influence discrète“, a réagi le leader LFI Jean-Luc Mélenchon, tandis que le premier secrétaire du PS, Olivier Faure, a rappelé que Mme de Sarnez “avait à l’Assemblée nationale le respect de tous“.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*