Hamilton sur Mercedes – Les bonnes sensations avec la voiture vont et viennent


MELBOURNE, Australie – Après s'être qualifié 11e pour le Grand Prix d'Australie, Lewis Hamilton a déclaré qu'il avait du mal à conserver les bons moments avec sa voiture Mercedes.

Hamilton et Mercedes avaient semblé faire un pas en avant lors des derniers essais sur le circuit d'Albert Park, hôte de la course de dimanche, mais le septuple champion du monde n'a pas réussi à se qualifier pour la Q3.

Son coéquipier George Russell s'est qualifié septième, mais Hamilton a déclaré que l'amélioration des sensations de quelques heures plus tôt avait disparu.

« Je veux dire, cela fait trois années de suite, un sentiment similaire… Mais ensuite il y a ces pics de 'Ah, ça pourrait être bien', comme ce matin, mais ensuite ça disparaît en quelque sorte », a déclaré Hamilton samedi après-midi.

« Si nous pouvons trouver un moyen de trouver cette qualité dans la voiture, de la rendre plus cohérente et de la conserver, alors nous pourrons être plus compétitifs. Il y a beaucoup de travail que nous devons faire, mais tout le monde travaille aussi dur que possible. » « 

Hamilton a déclaré que les conditions du circuit avaient changé à un moment crucial.

« [Final practice] « Je me sentais vraiment bien pour nous et j'étais vraiment optimiste avant les qualifications », a-t-il déclaré. « Mais ensuite, je ne sais pas si c'était le vent qui s'est levé – le vent s'est levé un peu, comme hier — et puis la voiture est bien plus sur le fil du couteau ici. »

Hamilton aura les Aston Martins et Yuki Tsunoda de RB entre lui et Russell, mais il a suggéré qu'une course difficile l'attendait dimanche.

« Je n'ai pas fait un long run donc je ne sais pas vraiment, mais l'autre voiture l'a fait », a déclaré Hamilton à propos de ses perspectives pour la course de dimanche. « Je pense que tout le monde est si rapide, alors… Mais c'est un nouveau jour, nous allons encore essayer. Je vais tout donner et avancer. »

On a ensuite demandé à Hamilton si cette année était similaire à 2022, lorsqu'il avait expérimenté tout au long de l'année pour trouver des réponses au problème de la voiture erratique de Mercedes, qui souffrait du fameux phénomène de « marsouinage ».

Lorsqu'on lui a demandé si lui et Russell partageaient toujours leurs stratégies, Hamilton a déclaré : « En 2022, nous ne nous séparions pas. George faisait une chose et j'essayais toutes les configurations possibles pour essayer d'aider l'équipe à trouver des options et voyons comment nous pouvons y remédier.

« C'est à peu près la même chose, un peu similaire à cette année, j'essaie plein de choses différentes mais je pense que ce week-end nous sommes beaucoup plus proches. »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*