Le FMI et Pak parviennent à un accord au niveau des services pour le déblocage d'une tranche de prêt de 1,1 milliard de dollars


ISLAMABAD : Le Pakistan et le Fonds monétaire international (FMI) ont conclu un accord au niveau des services pour le déblocage de 1,1 milliard de dollars du plan de sauvetage de 3 milliards de dollars dont le pays à court de liquidités avait besoin pour éviter un défaut souverain.
L'accord porte sur « la deuxième et dernière revue du programme de stabilisation du Pakistan », a déclaré Nathan Porter, chef de l'équipe du FMI qui a tenu des négociations à Islamabad du 14 au 19 mars.
L'argent, selon le prêteur mondial, sera décaissé après approbation du conseil d'administration du FMI avant que l'accord, conclu l'année dernière, n'expire le 11 avril.

Toutes nos félicitations!

Vous avez voté avec succès

« La situation économique et financière du Pakistan s'est améliorée ces derniers mois, mais la croissance devrait être modeste cette année et l'inflation reste bien supérieure à l'objectif », indique un communiqué du FMI. Il a ajouté qu’Islamabad aura besoin de davantage de réformes politiques pour remédier aux « vulnérabilités économiques profondément enracinées ».

Le Pakistan recherche désespérément une aide financière auprès des prêteurs mondiaux et de ses partenaires bilatéraux pour consolider son économie de 350 milliards de dollars, qui est soumise à de graves difficultés depuis deux ans. Son économie est particulièrement accablée par les dettes, qui représentent plus de 130 milliards de dollars de dette extérieure. Les réserves de change du Pakistan – un maigre 8 milliards de dollars – suffisent à couvrir seulement deux mois d'importations dans un pays qui dépend des biens importés pour alimenter son économie.

Parallèlement, l'inflation s'élève à 23 % et la monnaie du pays a perdu plus de 50 % de sa valeur par rapport au dollar américain au cours des deux dernières années.
Pour lutter contre la crise, le ministre pakistanais des Finances, Muhammad Aurangzeb, a récemment déclaré que le gouvernement recherchait un plan de sauvetage « plus long et plus important » du FMI une fois l'accord actuel expiré.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*