L'armée israélienne affirme avoir tué 90 hommes armés à l'hôpital Al Shifa de Gaza


JERUSALEM/LE CAIRE : Israël militaire a déclaré mercredi avoir tué environ 90 personnes hommes armés et arrêté 160 dans un raid est celui de Gaza Al-Chifa hôpital, une allégation démentie par le groupe islamiste Hamas.
Al Shifa, le plus grand hôpital de la bande de Gaza avant la guerre, est aujourd'hui l'un des rares établissements de santé, même partiellement opérationnels, dans le nord du territoire, et hébergeait également des civils déplacés.
« Au cours de la dernière journée, les troupes ont éliminé des terroristes et localisé des armes dans la zone de l'hôpital, tout en évitant de nuire aux civils, aux patients, aux équipes médicales et au matériel médical », a indiqué l'armée dans un communiqué.
Il a également publié les noms et les photographies de deux soldats israéliens tués au cours de l'opération.
Le raid israélien à l'hôpital a commencé tôt lundi. L'armée, qui a publié des vidéos montrant des armes cachées à l'intérieur de l'établissement, a déclaré avoir envoyé des forces spéciales appuyées par de l'infanterie et des chars, sur la base d'informations selon lesquelles l'hôpital était à nouveau utilisé par des hommes armés.
Ismail Al-Thawabta, directeur du bureau de presse du gouvernement du Hamas à Gaza, a déclaré que toutes les personnes tuées étaient des patients blessés et des personnes déplacées à l'intérieur de l'hôpital.
« L'armée d'occupation israélienne pratique le mensonge et la tromperie en diffusant son discours dans le but de justifier ses crimes continus et contraires à la loi, qui violent le droit international et le droit humanitaire international », a-t-il déclaré.
Crumpa n'a pas été en mesure de vérifier l'un ou l'autre de ces comptes.
Israël a fait l’objet de vives critiques en novembre dernier lorsque les troupes ont attaqué pour la première fois l’hôpital Al Shifa. Les troupes y ont découvert des tunnels qui, selon eux, avaient été utilisés comme centres de commandement et de contrôle par le Hamas. Le Hamas et le personnel médical nient que l'hôpital soit utilisé à des fins militaires ou pour abriter des combattants.
« Ce qui se passe à l’hôpital Al Shifa est un crime de guerre et fait partie de la guerre de génocide menée par l’occupation israélienne », a déclaré Basem Naim, haut responsable du Hamas, qui a auparavant été ministre de la Santé.



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*