Royauté déterrée : une bague de fauconnerie vieille de 400 ans, probablement celle du roi Charles Ier, est mise aux enchères


NEW DELHI : UN anneau de fauconnerie avec une histoire royale, qui aurait autrefois orné le doigt de le roi Charles Ier, est sur le point de rapporter une somme substantielle au fur et à mesure de sa mise aux enchères. Découvert par le détecteur de métaux Roy Davis dans les années 1980 sur un terril au bord de la Tamise, l'anneau vieux de 400 ans a passé près de quatre décennies intact dans un grenier.
Ce n'est que récemment que le propriétaire, Roy Davis, a réalisé les origines royales du petit réseau de colporteurs, selon un rapport du Sun. Estimant initialement que cela ne valait rien, Davis a revisité la découverte historique l'année dernière tout en passant en revue d'anciennes découvertes chez lui. Après un processus de nettoyage méticuleux, il a découvert une inscription sur la bague qui disait « Charles Roi', signalant son lien avec l'époque révolue du roi Charles Ier.
Mesurant à peine 10 mm de diamètre, l'anneau, qui servait à attacher un faucon, devrait être mis aux enchères lors de la vente de Noonan la semaine prochaine. L'ancien chef d'entreprise Roy Davis, aujourd'hui âgé de 82 ans, a raconté le jour où il est tombé sur le ring avec son détecteur de métaux Compass 77B le long de la Tamise. Cependant, ce n'est que l'année dernière qu'il a compris l'importance de sa découverte.
Nigel Mills, expert en artefacts et pièces de monnaie chez Noonans, s'adressant au Sun, a mis en lumière le contexte historique de la fauconnerie sous le règne de Charles Ier. Il a expliqué qu'à mesure que les armes à feu gagnaient en popularité, la fauconnerie déclinait, faisant de cette bague un objet potentiellement rare lié à la royauté. Mills a souligné l'importance de ces petits anneaux, citant celui de Charles Ier comme étant peut-être le dernier en raison de la popularité décroissante de la fauconnerie.
Charles Ier, exécuté en 1649, était un fervent adepte de la fauconnerie, un sport adopté par la royauté et la noblesse aux XVIe et XVIIe siècles. Mills a souligné l'importance de la découverte, soulignant que la bague de Charles Ier est une découverte rare avec un seul autre exemple connu au British Museum, aux côtés d'objets similaires appartenant à des personnages historiques comme Henri VIII, Elizabeth I et James I.
La bague devrait être vendue entre 2 000 et 3 000 £ aux enchères de Noonans à Mayfair le 12 mars, où elle fera partie d'une collection comprenant des bijoux, des montres, de l'argenterie et des objets de Vertu. Davis, l'heureux découvreur, envisage de partager le produit de la vente entre ses enfants.



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*