Les survivants blessés du chaos de l'aide à Gaza affirment que les forces israéliennes leur ont tiré dessus


GAZA : Certains Palestiniens blessés lors d'une catastrophe humanitaire à Gaza, a déclaré vendredi que Forces israéliennes leur a tiré dessus alors qu'ils se précipitaient pour chercher de la nourriture pour leurs familles, décrivant une scène de terreur et de chaos.
Les autorités sanitaires de Gaza, dirigée par le Hamas, ont déclaré que 115 personnes avaient été tuées dans l'incident de jeudi, attribuant ces décès aux tirs israéliens et le qualifiant de massacre.
Israël a contesté ces chiffres et déclaré que la plupart des victimes avaient été piétinées ou écrasées.
Cependant, un responsable israélien a également déclaré que les soldats avaient tiré des coups de semonce en l'air, puis tiré sur ceux qui ne s'éloignaient pas et étaient considérés comme une menace, ajoutant lorsqu'on lui a demandé combien de personnes étaient présentes. tir qu'il s'agissait d'un « tir limité ».
L’incident a souligné l’effondrement de la distribution ordonnée de l’aide dans les zones de Gaza occupées par les forces israéliennes sans administration en place et la principale agence des Nations Unies, l’UNRWA, paralysée par une enquête sur des liens présumés avec le Hamas.
Quatre témoins, qui se sont exprimés à l'hôpital Al-Shifa de la ville de Gaza dans une vidéo obtenue par Crumpa, ont déclaré avoir été la cible de tirs des forces israéliennes, certains décrivant l'implication de chars et de drones armés.
Mahmoud Ahmad a déclaré avoir commencé à attendre mercredi soir le convoi qui est finalement arrivé jeudi matin, affirmant que la faim l'avait obligé à prendre le risque de se rendre sur la route de livraison dans l'espoir d'obtenir de la farine pour ses enfants.
Alors que les camions d'aide arrivaient dans le nord de Gaza, il s'est dirigé vers eux mais, a-t-il dit, un char et un drone « quadcoptère » ont commencé à tirer. « J'ai été blessé au dos. J'ai saigné pendant une heure jusqu'à ce qu'un de mes proches vienne m'emmener à l'hôpital », a-t-il déclaré.
« Lorsque l'aide est arrivée, le char et le quadricoptère ont commencé à tirer sur les gens rassemblés, ceux qui allaient chercher de la nourriture pour eux et leurs enfants. Ils ont commencé à leur tirer dessus », a-t-il déclaré.
Jihad Mohammed a déclaré qu'il attendait au rond-point de Nabulsi, sur la route côtière d'Al-Rashid, la principale voie de livraison vers le nord de Gaza depuis le sud.
« Nous sommes allés attendre les camions, puis il y a eu des tirs sur tout le monde, puis j'ai été blessé », a-t-il déclaré.
Lorsqu'on lui a demandé s'il pensait que les forces israéliennes avaient tiré délibérément sur eux, il a répondu : « Oui, c'est vrai. Ils ont utilisé des chars, des soldats, des avions… tous tiraient sur nous ».
Sami Mohammed se trouvait sur la route d'Al-Rashid avec son fils, attendant l'arrivée du convoi humanitaire. « Mon fils a couru vers la plage et ils lui ont tiré dessus à deux reprises… l'un lui a écorché la tête et l'autre lui a touché la poitrine », a-t-il déclaré. Selon lui, des balles et des obus ont été tirés.
Le garçon était allongé sur un lit d'hôpital avec des bandages sur la poitrine et le bras et une coupure au visage.
Abdallah Juha a déclaré qu'il était allé chercher un sac de farine pour ses parents. « Nous avons très faim. Nous n'avons pas de nourriture ou quoi que ce soit. Ils nous ont tiré dessus… ils nous ont écrasés », a-t-il déclaré, ajoutant que les tirs provenaient de chars.
Juha, qui portait un bandage sur le visage, a été blessé à la tête par une balle. « Mon petit frère pleure parce qu'il veut manger. Où dois-je lui trouver à manger ? » il a dit.
COMPTES DIVERGENTS
L'agence humanitaire des Nations Unies OCHA a déclaré qu'une équipe de l'ONU s'était rendue vendredi à l'hôpital Al-Shifa dans la ville de Gaza pour livrer des fournitures médicales et rencontrer des personnes blessées lors de l'incident.
« Au moment de la visite de l'équipe, l'hôpital avait également reçu les corps de plus de 70 personnes tuées », indique le communiqué.
Un responsable israélien a déclaré jeudi qu'il y avait eu deux incidents, distants de plusieurs centaines de mètres. Lors de la première, des dizaines de personnes ont été tuées ou blessées alors qu'elles tentaient de récupérer l'aide des camions et ont été piétinées ou écrasées.
Il a déclaré qu'il y avait eu un deuxième incident ultérieur alors que les camions partaient. Certaines personnes dans la foule se sont approchées des troupes qui se sentaient menacées et ont ouvert le feu, tuant un nombre indéterminé dans le cadre d'une « réponse limitée », a-t-il expliqué. Il a rejeté le bilan des victimes avancé par les autorités de Gaza, mais n'a donné aucun chiffre lui-même.
Lors d’un point de presse ultérieur jeudi, le porte-parole de l’armée israélienne, le contre-amiral Daniel Hagari, a également déclaré que des dizaines de personnes avaient été piétinées à mort ou blessées lors d’une bagarre visant à retirer des fournitures des camions.
Il a déclaré que les chars qui escortaient les camions avaient ensuite tiré des coups de semonce pour disperser la foule et avaient reculé lorsque les événements ont commencé à devenir incontrôlables. « Aucune frappe de Tsahal n'a été menée contre le convoi humanitaire », a-t-il déclaré.



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*