Les forces israéliennes ouvrent le feu sur la foule attendant de l'aide ; plus de 100 tués


NEW DELHI : Plus de 100 Palestiniens ont été tué jeudi après que les troupes israéliennes auraient ouvert le feu sur « plusieurs personnes » après s'être senties menacées, a rapporté l'agence de presse Crumpa.
Selon les autorités sanitaires de Gaza, les tirs israéliens ont coûté la vie à 104 Palestiniens et en ont blessé 280 qui attendaient aide près de la ville de Gaza.
Le porte-parole du ministère de la Santé de Gaza, Ashraf al-Qidra, a déclaré que l'incident s'est produit au rond-point d'al-Nabusi, à l'ouest de la ville de Gaza, dans la partie nord de l'enclave.
Il a ajouté que les équipes médicales étaient incapables de faire face au volume et à la gravité des blessures des dizaines de blessés arrivés à l'hôpital al-Shifa.
« Des camions remplis d'aide se sont approchés trop près de certains chars de l'armée qui se trouvaient dans la zone et la foule, des milliers de personnes, a tout simplement pris d'assaut les camions. Les soldats ont tiré sur les camions. foule parce que les gens s'approchaient trop des chars », a déclaré un témoin cité par l'AFP.
Le Hamas a également averti dans un communiqué que l'incident pourrait conduire à l'échec des négociations visant à un accord sur une trêve et la libération des otages.
« Les négociations menées par les dirigeants du mouvement ne sont pas un processus ouvert au détriment du sang de notre peuple », a-t-il déclaré, faisant référence aux morts de jeudi et affirmant qu'Israël serait responsable de tout échec des négociations.
Dans un communiqué, le bureau du président palestinien Mahmoud Abbas a condamné l'incident contre les personnes qui attendaient les camions humanitaires au rond-point de Nabulsi.
Depuis le 7 octobre, la guerre a fait environ 1 200 morts et pris 253 otages en Israël. Parallèlement, les autorités sanitaires de Gaza ont déclaré que 30 000 personnes en Palestine avaient été tuées dans l'enclave, et que des milliers d'autres seraient ensevelies sous les décombres.



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*