Les forces militaires iraniennes tuent le commandant du groupe militant Jaish al-Adl et ses compagnons au Pakistan | Nouvelles du monde


TÉHÉRAN : Les forces militaires iraniennes tué un aîné Jaish al-Adl (Armée de Justice) groupe militant le commandant Ismail Shahbakhsh et certains de ses compagnons du Pakistan territoire, a rapporté Iran International English, citant les médias officiels iraniens.
Dernièrement, les forces iraniennes, lors d'un affrontement armé, ont attaqué un groupe militant, un mois après que les deux pays ont mené des frappes aériennes l'un contre l'autre.
Créé en 2012, Jaish al-Adl, désigné comme organisation « terroriste » par l'Iran, est un groupe terroriste sunnite qui opère dans la province du Sistan-Baloutchistan, au sud-est de l'Iran, a rapporté Al Arabiya News.
Au fil des années, Jaish al-Adl a lancé de nombreuses attaques contre les forces de sécurité iraniennes. En décembre, Jaish al-Adl a assumé la responsabilité d'une attaque contre un commissariat de police au Sistan-Baloutchistan qui a coûté la vie à au moins 11 policiers, selon Al Arabiya News.
Cependant, le mois dernier, quelques semaines après avoir lancé des frappes de missiles contre des « unités terroristes » sur leurs territoires respectifs, le Pakistan et l'Iran ont convenu d'élargir leur coopération en matière de sécurité, a rapporté The News International.
L'accord a été annoncé lors d'une conférence de presse conjointe du ministre pakistanais des Affaires étrangères Jalil Abbas Ji et de son homologue iranien Hossein Amir-Abdollahian au ministère pakistanais des Affaires étrangères.
Jilani a déclaré que l'Iran et le Pakistan peuvent résoudre assez rapidement les « malentendus ». Les deux pays sont également convenus de lutter contre le terrorisme dans leurs régions respectives et d'apaiser leurs inquiétudes respectives, a-t-il ajouté.
Or, la récente attaque a montré le contraire.
Notamment, les tensions entre les deux pays se sont intensifiées après que Téhéran et Islamabad ont lancé des frappes de missiles l'un contre l'autre, ciblant des « unités terroristes ».
L'Iran a mené des frappes de missiles et de drones au Pakistan, dans la nuit du 16 janvier, pour détruire deux « quartiers généraux importants » de Jaish al-Adl (Armée de la Justice). Islamabad a affirmé que les frappes avaient tué deux enfants et blessé trois filles, a rapporté Al Arabiya News, citant l'agence de presse Tasnim.
Le Pakistan a retiré son ambassadeur d'Iran le 17 janvier et a annoncé qu'il n'autoriserait pas l'envoyé iranien en visite dans son pays d'origine à ce moment-là à revenir pour protester contre une « violation flagrante » de sa souveraineté.
Le lendemain, le 18 janvier, le Pakistan a lancé des frappes en Iran en représailles. Islamabad a déclaré avoir ciblé les cachettes utilisées par les « organisations militantes terroristes », à savoir l'Armée de libération du Baloutchistan (BLA) et le Front de libération du Baloutchistan (BLF).
Cependant, plus tard, les deux pays se sont mis d'accord sur le retour des ambassadeurs des deux pays à leurs postes respectifs et ont également décidé de travailler mutuellement à la « désescalade » des tensions, a rapporté Geo News.



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*