Revue « Les besoins d'un voyageur » : Isabelle Huppert retrouve Hong Sang-soo pour un autre drame vaporeux et mélancolique


Comme makgeolli — Vin de riz pétillant, fermenté et d'un blanc trouble, unique en Corée — les films du réalisateur Hong Sang-soo sont un goût acquis. Heureusement pour lui, de nombreux programmateurs de films dans des maisons de répertoire et des festivals au-delà de la Corée du Sud aiment le côté artisanal et improvisé particulier de son travail, avec ses enchevêtrements émotionnels complexes et ses niveaux de savoir-faire presque primitifs. Son dernier long métrage présenté en avant-première à la Berlinale, Dans l'eaun'était même pas au point, bien que Hong insiste sur le fait que c'était délibéré, pour refléter le flou de son protagoniste réalisateur bloqué sur le plan créatif.

Heureusement, son dernier, Les besoins d'un voyageur, un concurrent pour l'Ours d'Or cette année, est non seulement au centre de l'attention, mais il est également plutôt observable, même pour les Hong-sceptiques purs et durs. C'est en partie grâce à la présence d'Isabelle Huppert dans le rôle principal (sa troisième collaboration avec Hong, après Dans un autre pays et L'appareil photo de Claire), incarnant Iris, une mystérieuse française aux habitudes excentriques. Huppert est parfaitement adaptée à la tâche, puisqu'elle est rompue à l'art de jouer les délicats psychopathes. Non pas qu'il y ait quoi que ce soit de manifestement psychotique chez Iris, à part son enthousiasme à jouer très mal de la flûte à bec dans les parcs publics, une habitude qui, étant donné qu'il s'agit d'un film de Hong, n'est jamais expliquée.

Les besoins d'un voyageur

L'essentiel

L'inventer au fur et à mesure.

Lieu: Festival du Film de Berlin (Compétition)
Casting: Isabelle Huppert, Lee Hyeyoung, Kwon Haehyo, Cho Yunhee, Ha Seongguk
Réalisateur/scénariste : Hong Sang-soo

1 heure 30 minutes

Nous ne savons pas non plus pourquoi ni comment Iris s'est retrouvée à Séoul. Mais la voilà, une femme d'un certain âge qui sait se montrer impérieuse et autoritaire quand il le faut ou jeune fille et coquette, selon les besoins. C'est une madame maniaque de rêve de lutin, capable d'inspirer les gens à faire ce qu'elle veut, aussi étrange soit-il. Elle peut être une femme de confiance, un fantôme ou simplement une expatriée solitaire qui invente des choses au fur et à mesure. Qui sait?

J'ai rencontré pour la première fois Isong (Kim Seungyun, qui figurait dans les deux derniers films de Hong, Dans l'eau et son successeur De nos jours), leur conversation majoritairement en anglais, Iris ne cesse de questionner la jeune femme sur ce qu'elle ressent par rapport aux choses. Isong montre à Iris un monument sur lequel est gravé un poème écrit par le défunt père d'Isong, et Iris écrit quelques phrases en français sur une fiche qui sonnent comme des versions accentuées et stylisées des pensées brisées qu'Isong vient de prononcer. Il s'avère que c'est une nouvelle façon qu'Iris a inventée pour enseigner le français : donner à ses élèves des lignes à réciter comme des poèmes qui sont censés résonner plus profondément en eux que d'habitude, où est la bibliothèque?-banalités de style.

Les prochains étudiants d'Iris, son mari Haesoon (Kwon Haehyo, un habitué de Hong) et sa femme Wonju (Lee Hyeyoung), sont légèrement moins souples et ouverts à la nouvelle méthode d'Iris. Ne devraient-ils pas se procurer un manuel, veut savoir Wonju ? Néanmoins, ses réponses aux questions d'Iris sont étrangement similaires à celles d'Isong, décrivant le même mélange de fierté et de doute de soi lorsqu'elle donne une performance musicale spontanée. Haesoon, en revanche, semble simplement heureux d'avoir une excuse pour commencer à boire du bon makgeolli ils sont dans la maison quand Iris exprime son enthousiasme pour l'alcool.

Dans la dernière séquence du film, Iris retourne à l'appartement d'Inguk (Ha Seongguk, un autre membre de la compagnie de répertoire ad hoc de Hong), où elle vit depuis un moment. On ne sait pas vraiment si elle et Inguk sont des copains de lit ou simplement des colocataires, mais ils roucoulent beaucoup, coquettement dans le cas d'Iris, à propos de leur amitié particulière. Et pourtant, d'une manière qui rappelle la farce scénique française classique mais réalisée avec de longues prises lentes, Inguk n'est pas encore prêt à présenter Iris à sa mère Ranhee (Ha Jinwha) lorsque cette dernière arrive soudainement pour surveiller son garçon, alors Iris doit se faufiler par la porte quand maman ne regarde pas.

Étant donné que personne n’est ici romancier, poète ou cinéaste, cela représente un peu une aventure pour Hong au-delà de son milieu habituel. Cela dit, cela reste un truc profondément léger, mince et ineffable comme une brume, qui n'a pas vraiment d'intérêt à part passer un peu de temps et créer du contenu pour les festivals de cinéma avec un goût pour le tarif art et essai plus recherché. Mais bon, au moins c'est au point.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*