Couleur étonnamment vibrante de coquilles d’escargots vieilles de 12 millions d’années


Les coquilles d’escargots sont souvent colorées et aux motifs saisissants. Cela est dû aux pigments produits dans des cellules spéciales de l’escargot et stockés dans la coquille à des concentrations variables. Les coquilles fossiles, en revanche, sont généralement pâles et peu visibles car les pigments sont très sensibles et déjà décomposés. Les résidus d’anciens motifs de couleurs sont donc très rares. Cela rend cette nouvelle découverte des chercheurs de l'Université de Göttingen et du Musée d'histoire naturelle de Vienne (NHMW) d'autant plus étonnante : ils ont trouvé des pigments dans des coquilles d'escargots fossilisées vieilles de douze millions d'années. Ce sont les premiers pigments au monde issus du groupe chimique des polyènes qui ont été conservés presque inchangés et trouvés dans des fossiles. L'étude a été publiée dans la revue Paléontologie.

Des paléontologues du NHMW ont découvert des coquilles d'escargots de la superfamille des Cerithioidea dans le Burgenland, en Autriche. Les escargots vivaient il y a douze millions d'années au bord d'une mer tropicale. Le professeur Mathias Harzhauser du NHMW, qui a participé à la découverte, explique : « Il n'était pas clair si les motifs de couleur rougeâtre provenaient de la coquille d'origine ou s'ils étaient formés par des processus ultérieurs dans les sédiments. » Des chercheurs du centre de géosciences de l'université de Göttingen ont résolu le mystère. Ils ont analysé les pigments par spectroscopie Raman. Cela implique d’irradier des échantillons avec de la lumière laser. La lumière diffusée réfléchie par l’échantillon peut être utilisée pour identifier clairement les composés chimiques. Ils ont détecté des pigments dans les coquilles fossilisées qui appartiennent au groupe de produits chimiques polyènes. Il s'agit de composés organiques qui comprennent les « caroténoïdes » bien connus, responsables de la production des couleurs rouge, orange et jaune éclatantes que l'on retrouve dans les plumes des oiseaux, les carottes et les jaunes d'œufs, par exemple.

Le Dr Klaus Wolkenstein, qui a dirigé l'étude et mène depuis de nombreuses années des recherches sur la chimie des pigments fossiles à l'université de Göttingen, explique : « Normalement, après une si longue période, le mieux que nous puissions espérer est qu'il y ait des traces de dégradation. « 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*