Les protestations des agriculteurs se sont propagées dans toute la France rurale ; un mort dans un accident à un barrage routier


PARIS : Les agriculteurs français circulant en tracteurs et en camions ont étendu leurs barrages routiers mardi, provoquant de nombreux embouteillages ainsi qu'un accident mortel, alors que les syndicats ont exhorté le gouvernement à répondre à leurs demandes de réduction des coûts et de réglementation.
« Nous ne lèverons pas les barrages tant que le Premier ministre ne fera pas d'annonces très concrètes… Le temps des discussions est terminé, il faut agir », a déclaré Arnaud Gaillot, président du syndicat des Jeunes Agriculteurs.
L'indignation croissante, qui s'est propagée dans les pays voisins, survient alors que la campagne pour les élections européennes s'accélère et constitue le premier défi majeur pour le président. Emmanuel Macronle nouveau Premier ministre, Gabriel Attal.
Quelques heures après que les responsables syndicaux ont rencontré Attal lundi soir, de nouveaux convois de tracteurs sont partis dans la nuit pour bloquer les routes, notamment l'autoroute A7 dans le sud de la France.
« Marre des taxes environnementales », disait un slogan écrit en rose sur une citerne à lisier bloquant l'autoroute sur une photo publiée par les médias français.
La police a déclaré qu'une femme avait été tuée et deux autres grièvement blessées lorsqu'une voiture avait heurté un barrage routier dans la région du sud-ouest de l'Ariège.
« En ce moment de forte tension, j'appelle tout le monde à rester calme et raisonnable », Arnaud Rousseauprésident du syndicat des agriculteurs FNSEA, a déclaré à la radio RMC.
Les agriculteurs français protestent également contre la pression sur les prix exercée par les détaillants déterminés à réduire l'inflation alimentaire et contre le renforcement de la réglementation environnementale – des griefs qui ont déclenché des protestations dans toute l'Europe.
« Nous sommes prêts à tout, nous n'avons rien à perdre », a déclaré Joseph Pérezun manifestant interrogé par BFM TV à un barrage routier dans la région fruitière du sud-ouest d'Agen, où la circulation sur l'autoroute A62 est perturbée depuis lundi.
Des manifestants du centre-ville d'Agen ont été montrés en train de jeter des kiwis sur le bureau du préfet local dans des images publiées sur les réseaux sociaux.
Macron se méfie du soutien croissant des agriculteurs à l'extrême droite à l'approche des élections européennes de juin.
La politique agricole a toujours été une question sensible en France, le plus grand producteur agricole de l'Union européenne, où des milliers de producteurs indépendants de viande, de produits laitiers, de vin et d'autres produits ont l'habitude d'organiser des manifestations perturbatrices.
Le gouvernement a suspendu le projet de loi sur l'agriculture, affirmant qu'il souhaitait entendre les représentants du secteur agricole avant d'inclure des mesures supplémentaires pour soutenir le secteur.
Mais après que les premiers entretiens avec les responsables syndicaux lundi soir n'aient donné aucun résultat, les agriculteurs de tout le pays ont déclaré qu'ils organiseraient davantage de manifestations cette semaine.



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*