Retour à la réalité : la COP28 appelle à sortir des énergies fossiles de l’énergie


Mercredi, la COP28 de l’ONU s’est achevée sur un succès majeur : malgré une lutte acharnée avec les pays de l’OPEP, l’accord final comprenait un appel à une transition vers l’abandon des combustibles fossiles. Il y a encore de nombreuses raisons de ne pas aimer les différentes parties, mais c’est le premier accord qui rend explicites les implications du Traité de Paris : nous ne pouvons pas limiter le changement climatique et continuer à brûler des combustibles fossiles à un rythme proche du rythme auquel nous le faisons actuellement.

Mais au-delà de cela, le rapport a de quoi décevoir tout le monde. Il répertorie des signes forts de progrès progressifs vers les objectifs de Paris tout en reconnaissant que nous manquons de temps pour de nouveaux progrès. Et les mesures qu’elle appelle permettront probablement de maintenir les changements sur une trajectoire similaire.

Faire le point

Le nouveau document est appelé « Bilan mondial » en référence à la vérification des progrès mondiaux vers les objectifs de l’Accord de Paris : limiter le changement climatique à 2 °C au-dessus des températures préindustrielles et essayer de le maintenir à 1,5 °C. s’engager à limiter les émissions de gaz à effet de serre ; les engagements initiaux étaient insuffisants, mais des réunions régulières de la Conférence des Parties (COP) permettraient d’actualiser les engagements, augmentant ainsi leur agressivité jusqu’à ce que le monde soit sur la bonne voie pour atteindre ses objectifs.

Dans le cadre de ce processus, les réunions de la COP publieraient également des orientations sur les étapes à suivre pour rendre ce processus plus efficace. Mais, en raison de la structure de l’Accord de Paris, l’évaluation et les orientations du document Bilan doivent bénéficier de l’accord unanime de toutes les nations participantes. Cela a créé une situation dans laquelle les pays de l’OPEP, qui ont un intérêt financier important dans l’utilisation continue des combustibles fossiles, pourraient potentiellement opposer leur veto à un texte reconnaissant que nous devons en grande partie cesser de les utiliser pour atteindre nos objectifs climatiques.

Les premières versions des lignes directrices comportaient plusieurs mesures agressives qui n’ont guère suscité de controverse, notamment le triplement de la capacité mondiale d’énergie renouvelable d’ici 2030, la réduction progressive de l’utilisation de l’énergie au charbon qui n’est pas couplée au captage du carbone de ses émissions et l’accélération de l’utilisation d’énergies à faible ou nulle pollution. véhicules à émissions. De la même manière, un appel à l’élimination progressive des « subventions aux combustibles fossiles qui ne s’attaquent pas à la pauvreté énergétique ou qui ne sont pas justes pour les transitions » est resté dans la déclaration finale.

Il y a cependant eu une dispute sur une phrase clé du projet : « Une élimination progressive et ordonnée des combustibles fossiles ». Les pays de l’OPEP voulaient que cela soit éliminé, et il était absent de certains projets récents. Bien que cela n’ait pas été inclus dans la version finale, il a été remplacé par quelque chose de remarquablement similaire : « Abandonner les combustibles fossiles dans les systèmes énergétiques, d’une manière juste, ordonnée et équitable ».

Cette formulation permet de continuer à utiliser des combustibles fossiles dans l’industrie chimique, offrant ainsi un certain réconfort aux producteurs actuels. Il pourrait également apparemment être interprété comme autorisant une utilisation continue dans les transports, sauf que le libellé ailleurs sur les véhicules zéro émission l’interdit.

Un langage similaire a été ajouté dans des objectifs distincts qui semblent également limiter toute échappatoire potentielle pour le retour des combustibles fossiles. Il s’agit notamment de « Accélérer les efforts à l’échelle mondiale vers des systèmes énergétiques à zéro émission nette, en utilisant des carburants à zéro et à faible teneur en carbone bien avant ou vers le milieu de la période. -siècle. » De même, un nouvel objectif supplémentaire appelle à « accélérer les technologies à émissions nulles ou faibles, y compris, entre autres, les technologies renouvelables, nucléaires, de réduction et d’élimination telles que le captage, l’utilisation et le stockage du carbone ».

Et tandis que le rapport souligne le rôle potentiel des « carburants de transition » à faible teneur en carbone, il appelle également spécifiquement à réduire les émissions de méthane.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*