Babouins en captivité dans l’Egypte ancienne : aperçus d’une collection de momies


Des babouins ont été élevés en captivité avant d’être momifiés sur des sites égyptiens antiques, selon une étude publiée le 6 décembre 2023 dans la revue en libre accès. PLOS UN par Wim Van Neer de l’Institut royal des Sciences naturelles de Belgique, Belgique et collègues.

Pendant plus d’un millénaire, du 9ème siècle avant JC au 4ème siècle après JC, les anciens Égyptiens vénéraient et momifiaient diverses espèces animales à des fins religieuses. Parmi ces animaux figuraient des babouins, notamment des espèces non originaires de l’Égypte ancienne, et on sait peu de choses sur la manière dont ces animaux ont été acquis et gardés. Dans cette étude, les chercheurs ont examiné une collection de momies de babouins provenant de l’ancien site égyptien de Gabbanat el-Qurud, la soi-disant Vallée des Singes sur la rive ouest de Louxor.

L’équipe a examiné des restes squelettiques représentant au moins 36 babouins d’âges différents, datés entre 800 et 500 avant JC. Les lésions, déformations et autres anomalies sur les os indiquent que la plupart des babouins souffraient d’une mauvaise alimentation et d’un manque de soleil, probablement du fait de leur naissance et de leur éducation en captivité. Les auteurs notent que des conditions similaires sont observées dans les restes de babouins provenant de deux autres sites d’âge similaire, Saqqara et Tuna el-Gebel, ce qui suggère un mode de détention en captivité assez cohérent dans les trois sites.

Ces résultats donnent un aperçu de la manière dont les babouins étaient gardés et traités dans l’Égypte ancienne avant leur éventuelle momification, bien que davantage de détails restent à explorer. Les auteurs suggèrent, par exemple, qu’un examen plus approfondi des dents des animaux pourrait fournir davantage de données sur le régime alimentaire auquel ils ont été nourris, et s’il est possible d’extraire l’ADN de ces restes, les données génétiques pourraient révéler des informations sur l’endroit où les animaux ont été capturés. la nature et quelles pratiques d’élevage leurs éleveurs employaient.

Les auteurs ajoutent : « La vie n’était pas facile pour les babouins sacrés d’Égypte. Des études scientifiques montrent qu’ils souffraient de malnutrition et du manque de soleil. »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*