Le coût et les retards d’Ariane 6 poussent l’industrie européenne des lancements à un point de rupture


Les responsables européens de l’espace se réuniront lundi et mardi pour discuter de l’avenir de la politique spatiale du continent. Le « Sommet de l’espace » à Séville, en Espagne, abordera plusieurs sujets, dont l’avenir du lancement.

« Séville sera un moment très décisif pour l’espace en Europe », dit le directeur général de l’Agence spatiale européenne, Josef Aschbacher, à la veille du sommet. « En ce qui concerne les lanceurs et l’exploration, j’attends des ministres qu’ils prennent des décisions très audacieuses. J’attends certainement un changement de paradigme dans le secteur des lanceurs. »

Aschbacher a déjà décrit la situation difficile de la fusée européenne – la vénérable Ariane 5 a pris sa retraite, sa remplaçante, Ariane 6, n’est pas prête et la plus petite fusée Vega C a également des problèmes de démarrage – comme une crise aiguë. Il est désormais possible que cette crise conduise à la rupture d’un partenariat de plusieurs décennies en Europe, dirigé par la France, l’Allemagne et l’Italie, pour collaborer au développement des capacités de lancement.

Retour à ses racines

L’origine de cette crise remonte à environ une décennie, lorsque l’Europe essayait de déterminer ce qui se passerait après la fusée Ariane 5. Cette fusée a été largement couronnée de succès et a assuré à l’Europe un accès assuré à l’espace. Cependant, cela était coûteux et perdait déjà des affaires commerciales au profit de concurrents émergents comme SpaceX et son booster Falcon 9.

Le chef de l’Agence aérospatiale allemande de l’époque, Jan Wörner, qui dirigera plus tard l’Agence spatiale européenne de 2015 à 2021, a expliqué dans une interview à Ars la prise de décision impliquée dans l’abandon d’Ariane 5. L’Allemagne, a-t-il déclaré, a poussé pour une évolution à mi-vie d’Ariane 5, modernisant des éléments de la fusée et réduisant son coût. Cette solution plus rapide donnerait au continent le temps de voir si le Falcon 9 a réussi et de déterminer si la prochaine fusée du continent devrait bénéficier d’une mise à niveau plus radicale.

En revanche, les responsables français ont préféré développer une fusée entièrement nouvelle mais consommable, l’Ariane 6. En guise de compromis en 2014, le président d’Airbus, Tom Enders, a proposé une solution « industrielle » pour construire la fusée Ariane 6. Il s’agirait d’une version modernisée d’Ariane 5, et puisque l’industrie prendrait les devants, elle serait plus rentable : 50 % moins chère que la fusée Ariane 5.

Dans le cadre de ce compromis, a déclaré Wörner, l’Allemagne développerait l’étage supérieur de la fusée, les propulseurs solides seraient développés par l’Italie et le premier étage en France. Les puissances spatiales européennes sont donc restées liées.

La crise arrive

Au cours de la décennie qui a suivi la conclusion de cet accord, au moins trois facteurs ont précipité une crise du lancement européen. L’une d’elles est la montée en puissance de SpaceX, qui, grâce à sa fusée réutilisable Falcon 9, est parvenue à dominer le marché commercial avec des prix environ deux fois moins élevés que ceux proposés par les fusées Ariane. Grâce à sa vitesse optimisée, SpaceX peut également lancer des lancements beaucoup plus fréquents et efficaces que l’Europe.

Deuxièmement, la fusée Ariane 6 a été retardée par rapport à son objectif initial de lancement en 2020. Désormais, si les essais à chaud effectués en fin d’année se déroulent bien, il est possible que la fusée Ariane 6 puisse effectuer son premier lancement d’ici la mi-2024, ou environ quatre ans de retard. Avec le retrait d’Ariane 5 et le retrait de la fusée russe Soyouz du marché en raison de la guerre en Ukraine, l’Europe se retrouve dans la position embarrassante de devoir compter sur SpaceX pour mettre en orbite certaines de ses missions les plus précieuses.

Enfin, il y a la question du coût. L’objectif de réduire les coûts d’exploitation de 50 pour cent est tombé à 40 pour cent. Et maintenant, invoquant l’inflation, les responsables européens affirment que ces réductions de coûts ne sont pas durables. En effet, le maître d’œuvre de la fusée Ariane 6, ArianeGroup, copropriété d’Airbus et Safran, demande une subvention importante pour faire fonctionner la fusée. Il veut 350 millions d’euros par an, ce qui annulerait essentiellement toutes les économies réalisées grâce à la fusée Ariane 6.

L’Europe a donc consacré une décennie et des milliards d’euros au développement de la fusée Ariane 6, mais tout ce que cela lui a apporté à ce jour, c’est une lacune dans la capacité de lancer des satellites en orbite. Cela a accru les tensions à l’approche de Séville cette semaine.



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*