Trois jurys américains se rangent du côté des victimes du cancer contre Bayer sur Roundup


Un jury de San Diego a ordonné à Monsanto, filiale de Bayer, de payer 332 millions de dollars (274 millions de livres sterling) de dommages et intérêts à un patient atteint d’un lymphome non hodgkinien qui affirmait que son cancer était causé par son herbicide à base de glyphosate Roundup. Le verdict du jury du 31 octobre est intervenu quelques jours seulement après qu’un juge de Philadelphie a statué que l’entreprise devait verser 175 millions de dollars de dommages et intérêts à un autre homme atteint du même type de cancer et qu’un tribunal de Saint-Louis avait décidé d’accorder 1,25 million de dollars de dommages et intérêts. à une troisième personne atteinte du même type de cancer, tenant ainsi l’entreprise responsable de ses maladies.

Ce trio de développements survient plusieurs années après trois verdicts importants de la part des plaignants en Californie, suivis d’une « séquence de victoires » de Monsanto avec neuf verdicts de la défense, explique Wylie Blair, un avocat qui représentait le plaignant à Saint-Louis.

Brent Wisner, associé directeur du cabinet d’avocats Wisner Baum, qui a remporté un verdict de cancer Roundup de 2 milliards de dollars contre Monsanto en 2019, qualifie le verdict le plus récent de 175 millions de dollars de « résultat formidable ». Selon lui, il est clair que Bayer doit parvenir à un règlement global qui résoudrait les cas similaires en cours. « S’ils continuent à se battre… ils courent le risque de futurs verdicts plus sévères », dit-il Monde de la chimie.

Même si les trois importantes indemnités accordées à Bayer-Monsanto il y a quelques années ont finalement été considérablement réduites par les juges de première instance et les cours d’appel, les dommages sont restés substantiels, note Wisner. « Quand on recommence à voir des verdicts importants, comme les deux nouveaux, cela enhardit les avocats des autres plaignants », ajoute-t-il.

Dans le même temps, Bayer a publié une déclaration disant qu’elle était « respectueusement » en désaccord avec le dernier verdict de 175 millions de dollars, notant qu’il s’agissait d’une décision partagée. L’entreprise s’est dite convaincue qu’elle pourrait obtenir l’annulation de ce verdict et la réduction des dommages en faisant appel.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*