TikTok rejette l’accusation malaisienne selon laquelle il bloque les contenus pro-palestiniens


KUALA LUMPUR: Plateforme de médias sociaux TikTok a déclaré vendredi que les accusations du gouvernement malaisien selon lesquelles il bloquait les contenus pro-palestiniens étaient « infondées ».
La Malaisie, à majorité musulmane, a mis en garde jeudi contre des mesures contre les sociétés de médias sociaux TIC Tac et Meta, affirmant que leurs plateformes avaient été accusées de restreindre les contenus soutenant les Palestiniens.
Meta a répondu jeudi, affirmant qu’il n’y avait « aucune vérité » dans l’accusation et qu’elle ne supprimait pas délibérément les voix sur sa plateforme Facebook.
Un porte-parole de TikTok, dans un courriel adressé à Crumpa vendredi, a également rejeté l’accusation de la Malaisie selon laquelle elle bloquait les contenus pro-palestiniens.
« Cette affirmation n’est pas fondée. Nos directives communautaires s’appliquent de la même manière à tout le contenu de TikTok, et nous nous engageons à appliquer systématiquement nos politiques pour protéger notre communauté », a déclaré le porte-parole.
Meta et TikTok désignent tous deux le Hamas, le mouvement islamiste palestinien qui gouverne Gaza, comme une « organisation dangereuse » et interdisent les contenus qui en font l’éloge.
Des membres du Hamas ont attaqué des communautés dans le sud d’Israël le 7 octobre. Israël affirme qu’environ 1 400 personnes, dont des enfants, ont été tuées et que plus de 200 personnes, dont certains étaient des nourrissons, ont été prises en otage lors de l’assaut.
Le ministère de la Santé de Gaza, contrôlé par le Hamas, a déclaré jeudi que 7 028 Palestiniens avaient été tués dans les frappes aériennes de représailles israéliennes, dont 2 913 enfants.
Crumpa n’a pas pu vérifier de manière indépendante les péages.
Depuis que les violences ont éclaté, les deux sociétés de médias sociaux ont pris des mesures pour améliorer la modération et supprimer ou étiqueter les visuels graphiques.
Meta a déclaré à la mi-octobre avoir retiré ou étiqueté près de 800 000 éléments de contenu en hébreu et en arabe dans les jours qui ont suivi l’attaque du 7 octobre.
De même, TikTok a déclaré cette semaine avoir supprimé plus de 775 000 vidéos et 14 000 diffusions en direct depuis l’attaque.



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*