Un soldat kenyan tué en RDC, selon une source régionale


CAOUTCHOUC : A soldat kenyan de la force régionale d’Afrique de l’Est en République démocratique du Congo a été tué dans des affrontements entre les rebelles du M23 et des groupes armés pro-gouvernementaux, a indiqué mercredi à l’AFP une source au sein de la force régionale d’Afrique de l’Est en République démocratique du Congo.
Le M23, qui a conquis des pans de territoire en Province du Nord-Kivu depuis 2021, fait partie des milices qui contrôlent une grande partie de la région malgré la présence de soldats de maintien de la paix.
La force de la Communauté d’Afrique de l’Est est déployée depuis la fin de l’année dernière mais, comme la force des Nations Unies en RDC, elle a fait l’objet de vives critiques de la part de Kinshasa pour son incapacité à mettre un terme aux violences.
Le conflit s’est récemment intensifié autour de Goma, la capitale du Nord-Kivu, avec des affrontements entre les rebelles du M23, l’armée congolaise et des groupes de combattants pro-gouvernementaux « wazalendo ».
« Le M23 combattait avec des wazalendo en utilisant des obus de mortier », a indiqué à l’AFP la source de la Force régionale de la Communauté d’Afrique de l’Est (EACRF).
Une « bombe perdue » est tombée à proximité de soldats kenyans chargés de protéger les civils, a indiqué la source.
« Des éclats d’obus ont blessé un soldat qui a malheureusement succombé plus tard alors qu’il recevait des soins médicaux spécialisés à Goma. »
La source a démenti les informations selon lesquelles des soldats kenyans auraient été pris dans une embuscade, affirmant qu' »aucun groupe armé n’a directement ciblé les KDF (Kenya Defence Forces) depuis leur déploiement ».
Mardi soir, l’armée congolaise a annoncé la mort d’un soldat de l’EACRF, sans préciser sa nationalité mais en accusant le M23.
Les combats ont eu lieu mardi à moins de 20 kilomètres de Goma et l’armée a déployé un avion de combat contre les rebelles.
Après une matinée calme, les combats ont repris mercredi dans la même zone, en bordure du parc national des Virunga, habitat de rares gorilles de montagne.
« Les bombardements que vous entendez sont des tirs d’appui des Forces armées de la République démocratique du Congo aux unités stationnées sur le terrain autour de Kibumba », a déclaré au téléphone un habitant de la ville voisine de Kibati.
« Les unités sont dans le parc pour traquer l’ennemi. Ils nous tirent dessus avec des armes lourdes et nous ripostons », a déclaré une source sécuritaire qui a requis l’anonymat.
UN Cela façonne la société civile Le représentant a également confirmé les affrontements, ajoutant que les rebelles avaient « demandé à la population de rester à l’écart des combats ».
« Hier, des maisons ont été détruites par des bombardements », a-t-il déclaré.
Des experts indépendants de l’ONU, le gouvernement de Kinshasa et plusieurs pays occidentaux, dont les États-Unis et la France, accusent le Rwanda de soutenir le M23 dirigé par les Tutsi, ce que Kigali nie.
La force est-africaine composée de soldats kenyans, ougandais, burundais et sud-soudanais a été déployée dans la région en novembre 2022.



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*