Nadine Labaki sur le choix d’acteurs non-acteurs, l’utilisation du cinéma pour provoquer un changement social et laisser la vie « interférer avec votre film »


Le Festival international du film de Toronto a lancé ses conférences TIFF Visionaries, des discussions en tête-à-tête avec des personnalités du cinéma international, avec Nadine Labaki, la célèbre réalisatrice libanaise de Caramel, Où allons-nous maintenant? et Capharnaüm. Le journaliste hollywoodien est le partenaire média de la série TIFF Visionaries.

Née dans un petit village du Liban en 1974, Labaki a grandi pendant la guerre civile du pays – « qui m’a volé mon enfance » – où le cinéma était sa seule échappatoire. «Le point culminant de ma journée a été le moment où nous avons eu le pouvoir de regarder un film», a-t-elle déclaré sur scène au studio Glenn Gould, au siège social de CBC, à Toronto. « Très tôt, j’ai su que je voulais devenir cinéaste, créer des histoires qui puissent me permettre d’échapper à ma réalité. »

Dans une conférence de grande envergure, Labaki a retracé son cheminement de carrière, d’abord en réalisant des publicités et des vidéoclips – « où j’ai appris mon métier » – jusqu’à ce qu’elle soit capable de réaliser des longs métrages : Caramel (2007), Où allons-nous maintenant? (2011) et Capharnaüm (2018). Ce dernier a été la percée internationale de Labaki. Il a été présenté en première à Cannes, où il a remporté le prix du jury du festival en 2018 et une nomination aux Oscars pour le Liban dans la catégorie du meilleur long métrage international. Le film, qui suit les luttes d’un jeune garçon vivant dans les bidonvilles du Liban, a également été un succès improbable au box-office, notamment en Chine, où il a rapporté plus de 40 millions de dollars, devenant ainsi le film en langue arabe le plus réussi de tous les temps. le territoire.

La vraie vie est toujours la source première des films de Labaki. Cela commence, dit-elle, « comme un thème, des questions qui me viennent sans cesse… à partir d’une sorte de frustration ou de colère envers une injustice sociale que j’essaie de transformer en quelque chose de positif ».

Caramel a commencé par ses questions sur la situation sociale des femmes au Moyen-Orient.

« Ce qui m’a motivée en premier lieu, ce sont les questions sur les femmes que je voyais autour de moi », a-t-elle déclaré. « Je voyais rarement autour de moi des femmes complètement épanouies ou complètement heureuses. Je me demandais toujours pourquoi. J’ai commencé à comprendre qu’il y avait une énorme contradiction entre ce que ces femmes rêvaient de devenir et ce qu’elles ont fini par devenir à cause de la pression sociale, de la pression religieuse, de la pression communautaire et de la pression familiale. La silhouette pointue tout le temps… En faisant ce film, j’ai pu comprendre ces femmes.

Où allons-nous maintenant? est venu d’un endroit profondément personnel lorsque Labaki était enceinte et que des violences sectaires extrêmes ont éclaté dans les rues.

«Je pensais à quel point c’était absurde. C’est une guerre qui a éclaté en quelques heures entre frères, entre personnes d’une même famille presque », a-t-elle déclaré. « Je pensais que si mon fils était né à ce moment-là et était adolescent, que ferais-je en tant que mère pour l’empêcher de prendre une arme et de faire ce que les autres faisaient et d’aller tuer un autre fils d’une autre mère ? C’est devenu l’histoire.

Avec ses deux premiers films, Labaki a développé sa méthode de travail, incluant le recours à des non-acteurs pour se rapprocher « le plus possible de la réalité avec le moins de fiction possible » et une approche libre, presque documentaire, du tournage, pour permettre à « la vie d’intervenir ». avec votre film.

« Mon processus consiste à être aussi libre que possible pendant le tournage, à donner très peu d’instructions spécifiques aux acteurs », a-t-elle déclaré. « Il s’agit de savoir capter la magie du moment et d’être aussi invisible que possible pour pouvoir saisir la magie du moment. »

Cette approche, a admis Labaki, prend du temps. « Pour moi, la majeure partie de l’argent nécessaire à un film doit aller à la chose la plus essentielle, à savoir le temps : le temps à passer avec vos acteurs, le temps passé à faire des recherches, le temps à monter. »

C’était, dit Labaki, parce qu’elle avait tellement de temps pour Capharnaüm — trois années de recherche et d’écriture, six mois de tournage, puis deux années supplémentaires en salle de montage — qu’elle a pu, pour la première fois, « aller vraiment jusqu’au bout et expérimenter comme je le voulais ».

L’expérience comprenait le tournage d’une énorme quantité de séquences. « Sur Capharnaüm, nous avons tourné 500 heures », a noté Labaki. « Le premier montage du film durait 12 heures. J’ai dû passer de 12 à 2, ce qui était très pénible.

Mais après avoir joui d’une véritable liberté de création avec Capharnaüm et vu les résultats et le succès international qui en découlent, Labaki hésite à y renoncer. Elle a reconnu les défis de travailler au Liban, « un pays où il est très difficile de s’exprimer, notamment en ce qui concerne les positions politiques ». Elle a également exprimé ses inquiétudes quant à l’autocensure, « qui devient une partie de votre nature [where] vous savez ce que vous pouvez dire et comment le dire d’une manière acceptée… mais jusqu’à présent, cela a fonctionné. J’ai réussi à dire ce que je veux de la manière dont je voulais le dire.

Sa responsabilité en tant que cinéaste, a déclaré Labaki, est celle de catalyseur du changement social. « C’est la responsabilité de cet art, de cet outil, de vraiment vous ébranler et de vous donner envie de changer les choses », a-t-elle déclaré, soulignant qu’elle espérait que ses films déclencheraient « un appel à l’action ».

Même si elle reconnaît qu’il est souvent exagéré d’attendre du cinéma qu’il change le monde – « quand vous terminez un film, vous réalisez à quel point vous êtes petit dans l’immensité des problèmes dont nous parlons » – Labaki a soutenu que le cinéma socialement conscient était bien fait, avec le respect et le souci de l’humanité des personnes au centre des événements peuvent « changer votre point de vue, ou créer un débat, ou changer quelque chose en vous en tant que spectateur ».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*