Des rayonnements ionisants à faible dose liés à un risque de cancer plus élevé qu’on ne le pensait auparavant


Une exposition prolongée à de faibles doses de rayonnements ionisants est liée à un risque de mortalité par cancer solide plus élevé que prévu, selon une nouvelle analyse de l’étude internationale sur les travailleurs du nucléaire (Inworks). Les chercheurs affirment que les résultats devraient éclairer les normes de radioprotection, qui sont actuellement basées sur des études portant sur des personnes extrêmement exposées, telles que les survivants des explosions atomiques d’Hiroshima et de Nagasaki, au Japon.

Inworks a été entrepris pour fournir une évaluation internationale à grande échelle des risques de mortalité dus à une exposition prolongée à de faibles doses de rayonnements ionisants, généralement rencontrés par les travailleurs du nucléaire.

Cette analyse, menée par l’expert en santé au travail David Richardson de l’Université de Californie, aux États-Unis, a porté sur plus de 300 000 travailleurs nucléaires de France, du Royaume-Uni et des États-Unis, qui ont été suivis entre 1944 et 2016 jusqu’à l’âge de près de 70 ans. L’exposition aux rayonnements ionisants a été surveillée à l’aide de dosimètres de rayonnement individuels.

Au cours de l’étude, 103 553 décès ont été enregistrés, dont 28 089 dus à des cancers solides. Les chercheurs ont ensuite utilisé ces informations pour calculer le risque relatif de décès dû à des cancers solides en fonction de l’exposition des travailleurs aux radiations.

Ils ont estimé que le taux de mortalité dû au cancer solide augmentait avec la dose cumulée de 52 % par gray (1Gy = 1J/kg d’énergie de rayonnement absorbée).

Lorsque les chercheurs ont limité l’analyse aux doses cumulées de rayonnement les plus faibles (0 à 100 mGy), ils ont constaté que la pente de l’association dose-réponse – le risque par Gy – doublait environ, ce qui suggère que même pour les travailleurs exposés à des doses plus faibles de rayonnements ionisants il existe toujours une association entre l’exposition et le cancer.

Le risque par Gy a également augmenté chez les travailleurs embauchés au cours des années d’exploitation les plus récentes, lorsque les estimations de la dose professionnelle de rayonnement pénétrant externe ont été enregistrées avec plus de précision.

« Le taux de mortalité par cancer solide augmente avec la dose de rayonnement ; et nous avons résumé cette association en notant que le taux de mortalité par cancer solide a augmenté d’environ 5 % pour 100 mGy », explique Richardson.

«Il existe des préoccupations importantes concernant les impacts sur la santé des expositions à faibles doses et à des débits de dose plus faibles, généralement rencontrés dans les environnements professionnels contemporains. Nos résultats rassemblent certaines des cohortes de travailleurs nucléaires les plus instructives au monde pour aider à répondre empiriquement à ces préoccupations», ajoute-t-il.

« Ces évaluations constituent un élément important des considérations qui entrent dans les discussions sur toute mise à jour du système de protection radiologique. »

Doubler un petit risque reste un petit risque

Amy Berrington, experte en épidémiologie clinique du cancer à l’Institut de recherche sur le cancer de Londres, a déclaré que les résultats confirmaient l’existence de risques de cancer liés aux rayonnements ionisants à faible dose, mais a souligné que le risque absolu de cancer était « encore très faible ».

« Doubler un petit risque reste un petit risque », a-t-elle expliqué. «Par exemple, pour 1 000 personnes exposées à 100 mSv de rayonnements ionisants – la plupart des travailleurs du nucléaire étant actuellement exposés à moins de 10 mSv – il pourrait y avoir 10 décès supplémentaires par cancer au lieu de 5 décès supplémentaires par cancer, en plus des plus de 200 décès par cancer attendus qui se produira en raison d’autres causes.

Un porte-parole de la Commission internationale de protection radiologique (CIPR) a déclaré Monde de la chimie elle était au courant de l’étude et des nouvelles informations sur le risque relatif excessif de mortalité par cancer lié à l’exposition aux rayonnements ionisants.

«Des études comme celle-ci contribuent à améliorer notre compréhension des impacts sur la santé de l’exposition aux rayonnements ionisants, un élément essentiel du système de protection radiologique développé par la CIPR qui éclaire les normes, la législation et les pratiques de radioprotection dans le monde entier.»

« La CIPR examinera la manière dont cette nouvelle étude façonne la compréhension globale dans le contexte de la littérature scientifique existante plus large, et reflétera cela dans nos travaux. »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*