L’entraîneur d’Emil Ruusuvuori dit que sa vie tranquille lui manque


L’entraîneur d’Emil Ruusuvuori dit que sa vie tranquille lui manque

Après des débuts positifs à l’ATP Masters 1000 de Cincinnati contre Corentin Moutet, Emil Ruusuvuori a obtenu une victoire importante contre Andrey Rublev dans un match très tendu, qui ne s’est terminé qu’au tie-break du troisième set.

Grâce à ce résultat, le Finlandais a atteint les huitièmes de finale du Western and Southern Open, son meilleur résultat jusqu’à présent dans les ATP Masters 1000 de cette saison, après les quarts de finale de Miami, où Jannik Sinner a interrompu son parcours.

Le jeune d’Helsinki est connu sur le circuit pour être l’un des joueurs au tempérament le plus doux, un trait qui reflète également certaines difficultés en dehors du court. Son entraîneur, Federico Ricci, qui est à ses côtés depuis de nombreuses années, s’est exprimé à ce sujet.Il a raconté : « Nous avons beaucoup travaillé sur le tennis, mais aussi sur la résilience et l’acceptation de la vie qu’il a choisie.

Parfois, sa vie tranquille en Finlande lui manque. Chaque jour, il a la possibilité de s’améliorer, il y a de la pression et il faut rester fort, avoir la capacité de rebondir et de traverser les tournois, les voyages, les victoires et les défaites.

« Ruusuvuori lui-même a commenté son attitude sur et en dehors du court : « Je suis un joueur très agressif, mais peut-être qu’en dehors du terrain, je ne suis pas le plus agressif ou le plus sociable.

Peut-être que j’ai besoin de plus d’agressivité en dehors du terrain pour devenir plus agressif sur le court. « Ricci a ensuite rappelé un moment critique de l’adolescence de Ruusuvuori, lorsqu’il était sur le point d’abandonner le tennis après une grande déception lors d’un tournoi du circuit junior : « Il ne voulait pas jouer et ses parents avaient des doutes, ils disaient : « On ne sait pas s’il est prêt à jouer autant au tennis.

« Il était sur le point d’abandonner et je leur en ai parlé cet été-là. « Cependant, le jeune talent finlandais a surmonté ce moment en travaillant dur jusqu’à ce qu’il atteigne les niveaux les plus élevés qu’il a maintenant atteints, avec un meilleur classement dans le top 40 (37) réalisé en avril de cette année : « Il y a toujours de nouveaux défis et des choses à surmonter, c’est un cycle sans fin. »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*