Karlovy Vary : Monia Chokri sur l’apport d’une perspective féminine au sexe dans « La nature de l’amour »


La réalisatrice canadienne Monia Chokri n’aime pas beaucoup les films d’amour hollywoodiens qui glorifient les hommes indisponibles qui finissent par devenir le prix des femmes qui les poursuivent.

« Ça a été fait, donc je n’ai pas besoin d’en faire un autre Une jolie femme, » raconte-t-elle avec dédain Le journaliste hollywoodien à propos La nature de l’amourun film en français sur deux personnes de classes différentes tombant amoureux à vue de combat, qui a été projeté dans la section Horizons du Festival international du film de Karlovy Vary après sa première mondiale à Cannes.

Pour Chokri, la romance est un substitut de l’expression féminine alors que sa tragi-comédie aborde la façon dont les femmes se voient sexuellement et se comportent parmi les hommes. « Il s’agit de ce qu’elle ressent dans sa tête », dit la réalisatrice à propos de Sophia, une professeure de philosophie montréalaise de 40 ans interprétée par Magalie Lépine-Blondeau.

Sophia est dans une relation stable mais asexuée avec son compagnon Xavier (Francis William Rheaume), mais voit son désir sexuel se réveiller, comme sorti du coma, lorsqu’elle tombe amoureuse de Sylvain, interprété par Pierre Eves Cardinal, un bricoleur charismatique. en chemises de flanelle et jeans rénovant sa nouvelle maison de campagne.

Alors que leur liaison torride se déroule et que leurs mondes sont bouleversés, Sophia en tant que personnage féminin fort devient un mélange de sensualité, d’intelligence et d’esprit alors que les frontières très contestées de la société autour de la monogamie et des affaires sont explorées avec un mélange de comédie et de drame.

Plutôt que d’avoir Sophia dans des scènes de sexe légèrement vêtues ou nues et dans des positions compromettantes variées, la caméra de Chokri s’éloigne rarement du visage ou des mots de Lépine-Blondeau pendant leur intimité. « Les scènes de sexe sont assez vocales. Il s’agit plus de ce qu’ils disent que de ce que nous voyons. Nous savons qu’elle est excitée. Ce n’est pas à propos de ça. Il s’agit de ce qu’elle ressent dans sa tête », explique la réalisatrice.

En revanche, Chokri souligne le drame controversé de Sam Levinson sur HBO L’idole, où Lily Rose Deep dans des scènes où elle se masturbe se fixe sur son propre corps. « J’ai fait le contraire. je ne veux pas dire L’idole est faux. Mais c’est assez classique comme ça, d’objectiver le corps d’une femme », explique-t-elle.

« C’est pourquoi, quand mon personnage se masturbe, il voit les parties du corps de Sylvain, et pas lui-même », ajoute Chokri. Mais au-delà d’une femme riche dans une crise de la quarantaine s’abandonnant au désir romantique alors que les deux amants tentent de se libérer de leurs divisions intellectuelles et de classe, La nature de l’amour demande au public du film, si les contraires s’attirent, cela peut-il durer ?

« Quand tu rencontres quelqu’un de passionné, tu projettes beaucoup de choses sur cette personne, qui peut être ton fantasme total. Et puis vient la vraie vie », observe-t-elle. « Quand ils commencent à penser à leurs mondes qui viennent de leurs propres valeurs, cela commence à devenir plus difficile et fragile », ajoute Chokri alors que Sophia et Sylvain pendant la seconde moitié du film deviennent moins physiques et plus concentrés sur un avenir ensemble où , s’étant auparavant abandonnés au désir sexuel, ils devront peut-être l’abandonner pour éventuellement se marier.

La nature de l’amour est le troisième long métrage de Chokri après le deuxième film de l’actrice devenue réalisatrice, Baby-sitters’inclina à Sundance.

A propos de son prochain projet, en cours d’écriture, la réalisatrice canadienne est restée muette, sauf pour dire qu’il sera tourné en France en coproduction avec Marie-Ange Luciani, productrice de la Palme d’or de Justin Triet. Anatomie d’une chute.



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*