Cannes : Relance du Festival des fact-checkings de l’organisation française 50/50 sur la représentation féminine


L’an dernier à Cannes, il y avait un vide notable dans l’activisme féminin vocal qui caractérise le festival depuis le début du mouvement #MeToo, alors que Time’s Up US et son corollaire français, Collectif 50/50, avaient récemment implosé dans la polémique.

Mais contrairement à Time’s Up, qui a désormais disparu aux États-Unis, l’organisation française s’est relancée avec un nouveau conseil d’administration – un groupe plus jeune, moins célèbre et plus diversifié sur le plan démographique que son prédécesseur – et un nouveau sens de l’objectif.

« Aucun d’entre nous n’est une célébrité, ce qui est tout un changement », déclare la nouvelle membre du conseil d’administration du Collectif 50/50, Laura Pertuy, programmatrice de films et journaliste.

Ici à Cannes, le groupe organise des panels mettant en lumière des compositrices et des initiatives d’inclusion dans des pays comme l’Égypte et le Brésil. Et il fournit également une vérification des faits sur les affirmations du festival en matière de progrès sur le front du genre – Cannes a vanté son record de six réalisatrices parmi les 19 films en compétition cette année.

« Comment peuvent-ils être si fiers ? » dit Pertuy, soulignant qu’à Cannes cette année, en incluant la sélection officielle, la Quinzaine des Réalisateurs, la Semaine de la Critique et les sections ACID, seuls 31% des films sont réalisés par des femmes. Lors d’un événement privé de collecte de fonds que le groupe organisera ce week-end à Cannes, ils annonceront les résultats d’une étude opposant le bilan du festival français en matière de genre à ceux des festivals de cinéma de Berlin et de Venise, tous deux en avance sur l’inclusion, Pertuy dit. « Berlin fait vraiment le travail », dit-elle.

Pertuy a également contesté le commentaire du chef de Cannes Thierry Frémaux aux journalistes lundi, répondant à une question sur la complaisance du festival envers les prédateurs sexuels. « Si vous le croyiez, vous ne seriez pas là, à m’écouter maintenant, à prendre vos accréditations et à vous plaindre des projections de presse pour un festival de violeurs », a déclaré Frémaux. Pretruy répond : « Il veut appuyer sur nos boutons. Eh bien, notre place est aussi à Cannes. Nous n’avons pas besoin de lui.

Alors que l’ancien conseil d’administration du Collectif 50/50 était entièrement composé de femmes et majoritairement réalisatrices et productrices, le nouveau conseil, formé en juin dernier après un vote des plus de 1 000 membres du groupe, comprend neuf femmes et cinq hommes, avec des artisans de l’industrie, des programmateurs de films, et actrices représentées.

« C’est peut-être moins glamour, mais nous avons un groupe de personnes qui croient sincèrement à l’inclusion et à la parité hommes-femmes et qui sont prêtes à travailler pour cela », déclare la productrice Laurence Lascary, ancienne membre du conseil d’administration. « Il y a encore des défis, mais je fais confiance au nouveau conseil. »

Parmi les premiers obstacles pour le nouveau conseil d’administration figure la collecte de fonds. Ce printemps, le Centre national du cinéma en France, première source de financement de 50/50, a réduit son soutien de 50 %. « Beaucoup de gens croient que nous n’existons plus », dit Pertuy. « Et certains dans l’industrie ne sont plus aussi intéressés qu’avant. »

Le groupe a poursuivi une relation avec Netflix et a étendu son programme de mentorat à 250 personnes jumelées à des mentors de l’industrie.

Le Collectif se reconstruit après une crise au printemps dernier lorsqu’une actrice noire a accusé une productrice blanche de son conseil d’administration de l’avoir pelotée lors d’une soirée. Au milieu des retombées, qui comprenaient une réunion tendue dans un cinéma parisien, l’ensemble du conseil d’administration du Collectif 50/50 a finalement démissionné.

Certains membres du Collectif voient la controverse qui en résulte comme pratique pour les institutions de l’industrie qui avaient résisté aux changements que le groupe poussait. « En France, on dit, si vous voulez vous débarrasser de votre chien, vous l’accusez d’avoir la rage », explique Lascary.

Le Collectif s’était formé à un moment qui semblait plein de possibilités en 2018, lors du premier Cannes après le renversement de Harvey Weinstein, lorsque des femmes éminentes participant au festival, dont les réalisatrices françaises Céline Sciamma et Rebecca Zlotowski, ont organisé une marche dramatique dans les escaliers du Palais. En collaboration avec Time’s Up US et UK, et des groupes de femmes en Italie et en Grèce, le Collectif a persuadé les trois directeurs artistiques masculins du festival de signer un engagement à compiler des statistiques de genre sur les films soumis à Cannes, à améliorer la transparence autour des processus de sélection et à travailler vers la parité. dans les conseils d’administration.

Alors que le groupe s’est reconstitué après le scandale, une partie de son processus a suivi une formation sur la façon de communiquer. « Nous ne nous sommes pas cachés de ce qui s’est passé », dit Pertuy. « Nous avons voulu en parler avec nos membres.

Pour Lascary, la voix de l’organisation est importante, alors que les efforts de l’industrie en matière d’inclusion commencent à stagner. « Ce à quoi nous sommes confrontés aujourd’hui est un contrecoup », dit-elle. « Et cela montre que le combat est loin d’être terminé. »

!function(f, b, e, v, n, t, s) {
if (f.fbq) return;
n = f.fbq = function() {n.callMethod ? n.callMethod.apply(n, arguments) : n.queue.push(arguments);};
if (!f._fbq) f._fbq = n;
n.push = n;
n.loaded = !0;
n.version = ‘2.0’;
n.queue = [];
t = b.createElement(e);
t.async = !0;
t.src = v;
s = b.getElementsByTagName(e)[0];
s.parentNode.insertBefore(t, s);
}(window, document, ‘script’, ‘https://connect.facebook.net/en_US/fbevents.js’);
fbq(‘init’, ‘352999048212581’);
fbq(‘track’, ‘PageView’);

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*