L’ONU prête à se retirer d’Afghanistan compte tenu des restrictions imposées aux femmes par les talibans


NEW YORK (États-Unis) : Le ET a déclaré qu’il était prêt à se retirer d’Afghanistan en mai s’il ne parvenait pas à convaincre les talibans d’autoriser les femmes locales à travailler pour l’organisation, a déclaré le chef du Programme des Nations unies pour le développement, a rapporté Khaama Press, basé en Afghanistan.
L’ONU négocie avec les talibans dans l’espoir qu’ils feront des exceptions à un décret interdisant aux femmes locales de travailler pour l’organisation.
L’administrateur du PNUD, Achin Steiner, a déclaré : « Il est juste de dire que là où nous en sommes actuellement, c’est l’ensemble du système des Nations Unies qui doit prendre du recul et réévaluer sa capacité à fonctionner là-bas. Mais il ne s’agit pas de négocier des principes fondamentaux. , droits humains. »
Les Nations Unies ont récemment exprimé de « sérieuses inquiétudes » après que les femmes afghanes membres du personnel de l’ONU se soient vu interdire de se présenter au travail dans la province orientale de l’Afghanistan, a rapporté Khaama Press, basé à Nangarhar, en Afghanistan.
L’ONU a déclaré: « Les Nations Unies en Afghanistan expriment leur grave préoccupation quant au fait que le personnel féminin de l’ONU a été empêché de se présenter au travail dans la province de Nangarhar. »
L’ONU a averti les talibans que l’aide vitale serait menacée sans personnel féminin puisque la plupart du personnel de l’organisation internationale est féminin.
« Nous rappelons aux autorités de facto que les entités des Nations Unies ne peuvent pas fonctionner et fournir une assistance vitale sans personnel féminin », a déclaré l’ONU sur Twitter, a rapporté Khaama Press.
Les organisations internationales, y compris l’ONU, ont exprimé à plusieurs reprises leurs préoccupations concernant l’exclusion des femmes du secteur de l’aide, affirmant que sans personnel féminin, les organisations ne seraient pas en mesure d’atteindre les femmes dans le besoin.
Depuis leur arrivée au pouvoir en Afghanistan en août 2021, les talibans ont imposé des interdictions aux femmes et aux filles, les empêchant d’accéder à l’éducation et à l’emploi.
Les talibans ont d’abord interdit aux filles d’aller à l’école au-delà de la sixième année ; en décembre 2022, un décret interdit femmes afghanes de l’enseignement supérieur et travaillant avec des ONG nationales et internationales.
Les restrictions répressives imposées aux femmes sont confrontées à des critiques massives de la part d’organisations nationales et internationales avertissant qu’elles perturberont l’aide humanitaire aux personnes les plus nécessiteuses d’Afghanistan, selon Khaama Press.



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*