Pour les Palestiniens, la nuit la plus sacrée du Ramadan commence au point de contrôle


POINT DE CONTRÔLE DE QALANDIYA : Pour de nombreux Palestiniens, le voyage vers l’un des sites les plus sacrés de l’Islam lors de la nuit la plus sainte du Ramadan commence dans un maelström étouffé par la poussière et les ordures.
Des dizaines de milliers de fidèles palestiniens de toute la Cisjordanie occupée se sont entassés lundi à travers un poste de contrôle militaire menant à Jérusalem pour prier à la mosquée Al-Aqsa pour Laylat al-Qadr, ou la « Nuit du destin », lorsque les musulmans croient que le Coran a été révélé au prophète Mahomet il y a des siècles.
Les foules bruyantes et en sueur au poste de contrôle de Qalandiya semblent chaotiques – mais il y avait un système : les femmes à droite ; hommes à gauche. Habitants de Jérusalem par-ci, handicapés par-là. Et les hommes à l’air sinistre bloqués au coin de la rue avaient enduré la longue attente pour être complètement refoulés.
« Je ne suis pas politique, je suis juste pieuse, alors j’ai pensé que peut-être ce soir, à cause de Laylat al-Qadr, ils me laisseraient entrer », a déclaré Deia Jamil, une enseignante d’arabe de 40 ans originaire de Cisjordanie. ville de Ramallah.
« Mais non. ‘Interdit' », a-t-il dit en s’agenouillant pour prier dans le terrain en terre battue.
Pour les fidèles palestiniens, prier sur le troisième site le plus sacré de l’Islam est une pièce maîtresse du Ramadan. Mais des centaines de milliers de personnes ne sont pas autorisées à entrer légalement à Jérusalem, la plupart des hommes de moins de 55 ans étant refoulés aux points de contrôle en raison des restrictions de sécurité israéliennes. Ils recourent souvent à des moyens périlleux pour se rendre dans l’enceinte sacrée pendant le mois de jeûne du Ramadan.
Cette année, comme par le passé, Israël a assoupli certaines restrictions, permettant aux femmes et aux jeunes enfants de Cisjordanie d’entrer à Jérusalem sans permis. Les personnes âgées de 45 à 55 ans qui ont un permis valide peuvent prier dans l’enceinte de la mosquée Al-Aqsa – l’un des lieux saints les plus âprement disputés sur Terre.
Les Juifs le vénèrent comme le Mont du Temple, qui abrite les temples bibliques, et le considèrent comme le site le plus sacré du judaïsme. Les revendications concurrentes sont au cœur du conflit israélo-palestinien et débouchent souvent sur la violence.
Israël dit qu’il s’est engagé à protéger la liberté de culte pour toutes les confessions et décrit les contrôles sur les fidèles palestiniens comme une mesure de sécurité essentielle qui maintient les attaquants hors d’Israël. Le mois dernier, un Palestinien qui est entré en Israël depuis le village cisjordanien de Nilin a ouvert le feu sur une rue bondée de Tel-Aviv, tuant un Israélien et en blessant deux autres.
Mais pour les Palestiniens, les restrictions pèsent lourd.
« Je me sens complètement perdu », a déclaré Noureddine Odeh, 53 ans, son sac à dos tombant sur une épaule. Sa femme et ses filles adolescentes ont réussi à franchir le point de contrôle, le laissant derrière lui. Cette année – une période de montée de la violence en Cisjordanie occupée – Israël a relevé la limite d’âge pour les fidèles masculins et il n’était plus éligible. « Vous êtes tiré, comme s’ils jouaient à Dieu. »
Les autorités israéliennes n’ont pas répondu aux questions sur le nombre de candidatures palestiniennes qu’elles avaient rejetées en Cisjordanie et à Gaza. Mais ils ont dit que jusqu’à présent ce mois-ci, quelque 289 000 Palestiniens – la majorité de Cisjordanie et quelques centaines de la bande de Gaza – s’étaient rendus à Jérusalem pour prier.
Plus tôt ce mois-ci, Israël a annoncé le début de vols spéciaux pour le Ramadan pour les Palestiniens de Cisjordanie depuis l’aéroport de Ramon, dans le sud d’Israël. En temps normal, les Palestiniens devraient prendre l’avion depuis la Jordanie voisine. Mais lundi, quelques jours avant la fin du Ramadan, l’agence de défense israélienne qui s’occupe des affaires civiles palestiniennes a seulement déclaré que les Palestiniens « auront bientôt le choix ».
Les foules qui se pressaient à travers Qalandiya pendant Laylat al-Qadr – l’une des nuits les plus importantes de l’année, lorsque les musulmans cherchent à obtenir une réponse à leurs prières – étaient si écrasantes que les forces israéliennes ont fermé la barrière à plusieurs reprises. Les fermetures soudaines ont créé des goulots d’étranglement de personnes, dont la plupart s’étaient abstenues de nourriture et d’eau toute la journée. Les médecins du Croissant-Rouge palestinien ont déclaré qu’au moins 30 personnes se sont effondrées au poste de contrôle lors d’une journée chargée du Ramadan.
Les coudes pressés contre le torse d’étrangers et la tête sous les aisselles, cinq femmes étudiantes pour devenir sages-femmes qui n’avaient jamais quitté la Cisjordanie s’amusaient à fantasmer sur Jérusalem. « Nous allons acheter de la viande et des sucreries », a crié Sondos Warasna, 20 ans. « Et pique-niquer dans la cour d’Al-Aqsa. »
La cour en calcaire, qui regorge de familles palestiniennes rompant le jeûne chaque nuit après le coucher du soleil, a été secouée par la violence au début du mois, lorsque le Ramadan a coïncidé avec la fête juive de la Pâque. La police israélienne a fait une descente dans l’enceinte, tirant des grenades assourdissantes et arrêtant des centaines de fidèles palestiniens qui s’étaient barricadés à l’intérieur de la mosquée avec des feux d’artifice et des pierres. Le raid, qui, selon Israël, était nécessaire pour empêcher de nouvelles violences, a indigné les musulmans du monde entier et a incité des militants au Liban et dans la bande de Gaza à tirer des roquettes sur Israël.
La colère suscitée par l’accès au complexe contesté n’a pas été atténuée à Qalandiya. Des foules de filles palestiniennes et d’hommes plus âgés apparemment autorisés à passer ont été refoulés et ont dit qu’ils avaient des interdictions de sécurité dont ils n’avaient jamais eu connaissance et qui les interdisaient de Jérusalem. Le système secret – que les Palestiniens considèrent comme un outil clé dans l’occupation militaire israélienne de 55 ans – les a laissés sous le choc, luttant pour comprendre pourquoi.
Une jeune fille de 16 ans de la ville septentrionale de Jénine a appelé frénétiquement ses parents qui étaient entrés à Jérusalem sans elle. Une jeune de 19 ans de Ramallah a changé de manteau et mis des lunettes de soleil et du rouge à lèvres avant de réessayer.
D’autres ont trouvé des moyens plus risqués d’accéder à l’enceinte sacrée – en escaladant l’imposante barrière de séparation d’Israël ou en se glissant sous des barbelés.
Abdallah, un jeune étudiant en médecine de la ville méridionale d’Hébron, a grimpé une échelle branlante avec six de ses amis dans l’obscurité précédant l’aube lundi – puis a glissé le long d’une corde de l’autre côté du mur – pour pouvoir se rendre à Al- Aqsa pour Laylat al-Qadr. Ils ont payé un passeur environ 70 $ chacun pour les aider à escalader la barrière.
« Mon cœur battait si fort. J’étais sûr que les soldats l’entendraient », a déclaré Abdallah, ne donnant que son prénom par crainte de représailles.
L’armée israélienne a arrêté des centaines de Palestiniens qui se sont faufilés à travers les trous de la barrière de séparation pendant le Ramadan, a-t-elle indiqué, ajoutant que les forces « continueraient d’agir contre le risque pour la sécurité résultant de la destruction de la barrière de sécurité et des entrées illégales ».
Abdallah a déclaré que l’expérience de la vieille ville de Jérusalem lui avait apporté une grande joie. Mais bientôt l’anxiété s’est installée. La police israélienne était partout – arrêtant parfois des jeunes hommes et demandant à voir leurs papiers d’identité. Il a essayé de se fondre dans la masse, portant des vêtements de sport contrefaits comme de nombreux habitants de Jérusalem et souriant pour avoir l’air détendu.
« C’est un sentiment mitigé. À tout moment, je sais que je pourrais être arrêté », a-t-il déclaré depuis l’entrée de l’enceinte sacrée. « Mais notre mosquée, ça me fait me sentir libre. »



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*