Turquie : Erdogan s’engage à reconstruire après le tremblement de terre, les secours s’achèvent


ANTAKIE : Le président turc Tayyip Erdogan a promis de poursuivre ses efforts de sauvetage et de récupération plus d’une semaine après qu’un puissant tremblement de terre a ravagé son pays et la Syrie voisine, une femme âgée étant la dernière à être sortie des décombres.
Le nombre combiné de morts en Turquie et en Syrie a grimpé à plus de 41 000, et de nombreux survivants endurent des températures hivernales proches du point de congélation, après avoir été laissés sans abri par la dévastation des villes des deux pays.
« Nous continuerons notre travail jusqu’à ce que nous enlevions le dernier citoyen resté sous les bâtiments effondrés », a déclaré Erdogan mardi soir après une réunion du cabinet tenue au siège de l’Autorité de gestion des catastrophes et des urgences (AFAD).
L’évaluation des dégâts des bâtiments, dont des dizaines de milliers ont été détruits, sera achevée dans une semaine et la reconstruction commencera dans quelques mois, a-t-il déclaré.
« Nous reconstruirons toutes les maisons et les lieux de travail, détruits ou rendus inhabitables par le tremblement de terreet remettez-les aux propriétaires légitimes », a-t-il ajouté. Plus de 105 000 personnes ont été blessées dans le tremblement de terre, a-t-il dit, et plus de 13 000 sont toujours soignées à l’hôpital.
Dans la nuit, une femme de 77 ans nommée Fatma Gungor a été tirée vivante des décombres d’un immeuble de sept étages dans la ville d’Adiyaman, quelque 212 heures après le premier tremblement de terre, selon les médias.
Portant un masque à oxygène, recouvert d’une couverture en feuille d’or et attaché sur une civière, Gungor a été transporté par des secouristes des ruines du bâtiment vers une ambulance en attente, ont montré des images de la chaîne de télévision publique TRT.
Ensuite, les proches de Gungor ont embrassé l’équipe de secours, composée de militaires et de membres de l’autorité de gestion des catastrophes AFAD.
Neuf autres survivants ont été secourus en Turquie mardi alors que l’effort d’aide s’est concentré sur l’aide aux personnes qui luttent maintenant sans abri ni assez de nourriture dans le froid.
Erdogan a reconnu des problèmes dans la réponse initiale au séisme de magnitude 7,8 qui a frappé tôt le 6 février, mais il a déclaré que la situation était désormais sous contrôle.
« Nous sommes confrontés à l’une des plus grandes catastrophes naturelles non seulement dans notre pays mais aussi dans l’histoire de l’humanité », a déclaré Erdogan.
Plus de 2,2 millions de personnes ont déjà quitté les zones les plus touchées, a déclaré Erdogan, et des centaines de milliers de bâtiments sont devenus inhabitables.
Les personnes secourues mardi comprenaient deux frères, âgés de 17 et 21 ans, sortis d’un immeuble dans la province de Kahramanmaras, et un homme et une jeune femme syriens portant un foulard à imprimé léopard à Antakya.
Les autorités de l’ONU ont déclaré que la phase de sauvetage touchait à sa fin, l’accent étant mis sur les abris, la nourriture et la scolarisation.
« Les gens souffrent beaucoup. Nous avons demandé à recevoir une tente, de l’aide ou autre chose, mais jusqu’à présent, nous n’avons rien reçu », a déclaré Hassan Saimoua, un réfugié hébergé avec sa famille dans une cour de récréation à Gaziantep, dans le sud-est de la Turquie. .
Saimoua et d’autres Syriens avaient trouvé refuge à Gaziantep après la guerre chez eux. Maintenant, rendus sans abri par le tremblement de terre, ils ont assemblé des tentes de fortune dans une cour de récréation en utilisant des bâches en plastique, des couvertures et du carton.
« Les besoins sont énormes, augmentant d’heure en heure », a déclaré Hans Henri P. Kluge, directeur de l’Organisation mondiale de la santé pour l’Europe. « Quelque 26 millions de personnes dans les deux pays ont besoin d’aide humanitaire. »
« Il existe également des inquiétudes croissantes concernant les problèmes de santé émergents liés au temps froid, à l’hygiène et à l’assainissement, et à la propagation des maladies infectieuses – les personnes vulnérables étant particulièrement à risque. »
‘PAPA, APRÈS-CHOC !’
Des familles en Turquie et en Syrie ont déclaré qu’elles et leurs enfants étaient aux prises avec les séquelles psychologiques du séisme.
« Chaque fois qu’il oublie, il entend un bruit fort et se souvient à nouveau », a déclaré Hassan Moaz à propos de son enfant de 9 ans à Alep, en Syrie. « Quand il dort la nuit et qu’il entend un bruit, il se réveille et me dit : ‘Papa, réplique !' »
Un premier convoi d’aide de l’ONU est entré depuis la Turquie dans le nord-ouest de la Syrie, tenu par les rebelles, via le point de passage récemment ouvert de Bab al-Salam.
La recherche de survivants était sur le point de se terminer dans le nord-ouest de la Syrie, a déclaré le chef du principal groupe de sauvetage des Casques blancs, Raed al Saleh.
La Russie a également déclaré qu’elle terminait ses travaux de recherche et de sauvetage en Turquie et en Syrie et se préparait à se retirer.
Le bilan turc était de 35 418 tués, a déclaré Erdogan. Plus de 5 814 personnes sont mortes en Syrie, selon un décompte de Crumpa des rapports des médias d’État syriens et d’une agence des Nations Unies.
Les survivants ont rejoint un exode massif de la zone sinistrée, quittant leurs maisons et ne sachant pas s’ils pourront un jour revenir.
Hamza Bekry, un Syrien de 22 ans, vit à Antakya, dans le sud de la Turquie, depuis 12 ans, ayant fui le conflit dans son pays natal, mais il s’apprête désormais à suivre sa famille à Isparta, dans le sud de la Turquie.
« C’est très dur… Nous allons repartir de zéro, sans biens, sans travail », a déclaré Bekry.



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*