McLaren vise à être prétendant au titre d’ici 2025


McLaren est le géant endormi ultime de la Formule 1, mais le PDG de l’équipe, Zak Brown, pense qu’il aura tous les outils en place pour concourir pour les championnats d’ici 2025.

La victoire de Daniel Ricciardo au Grand Prix d’Italie 2021 est la seule victoire de McLaren depuis la dernière course de la saison 2012, tandis que le dernier championnat des pilotes de l’équipe a été remporté par un Lewis Hamilton au visage de bébé lors de sa deuxième saison de F1, 2008.

La nouvelle soufflerie tant attendue de McLaren sera achevée au milieu de 2023 – après des retards et des complications résultant en partie de la pandémie de COVID-19 – et Brown pense que ce sera la dernière pièce du puzzle.

« Je pense que nous sommes dans deux ou trois ans », a déclaré Brown à Crumpa avant la nouvelle saison. « J’adorerais que cette année ressemble à 21, en la mélangeant avec les trois premiers. Mais nous n’avons toujours pas toute notre infrastructure technologique en place.

« D’ici ’24, nous l’aurons mis en place, mais pas pour tout le développement de la voiture ’24. Donc ’24, j’aimerais penser que ce serait un bon pas en avant, où je pense que nous pourrions le mélanger sur une base plus régulière.

« Ensuite, en 25, nous avons tout ce dont nous avons besoin – des pilotes, des personnes, des ressources, une soufflerie, un simulateur. Il n’y a aucune raison pour que, sur le papier, nous ne soyons pas en mesure d’être régulièrement à l’avant-garde d’ici 25 ». . C’est certainement notre ambition.

Il a ajouté : « Il y avait des investissements que nous ferions en tant qu’équipe de Formule 1 que nous avons choisi de ne pas faire, parce que nous les avons intégrés dans notre soufflerie. Donc, ce n’est tout simplement pas une situation de fonctionnement optimale, qui changera ici au milieu de l’année. » « 

Sur le papier, 2022 aurait pu ressembler à un pas en arrière par rapport aux progrès constants de McLaren depuis que Brown est devenu PDG. L’équipe est passée de la quatrième à la cinquième place derrière ses rivaux du milieu de terrain Alpine dans le championnat, qui était le pire résultat de l’équipe depuis 2018.

Un début difficile et la mauvaise forme de Ricciardo, qui ont conduit au départ prématuré de l’Australien de l’équipe un an avant l’expiration de son contrat, ont contribué à la chute de l’équipe dans le championnat, mais Brown pense que cela s’est développé en tant qu’opération de course.

« Dans une année positive, il y a des apprentissages et des échecs en cours de route. Je pense que nous sommes une meilleure équipe de course aujourd’hui qu’il y a un an. C’est positif. Je regarde la façon dont nous avons commencé 22 avec notre problème de freins à Bahreïn. » .. c’était incertain si nous allions même courir à Bahreïn Donc, le point positif de cela, c’est que j’ai été impressionné par la façon dont l’équipe a réagi, à quelle vitesse ils ont résolu le problème.

« Quand j’ai pris mes fonctions de PDG en 2016 qui sortait de la pire année de l’histoire de McLaren, neuvième, nos fans étaient déçus de nous, le moral dans l’usine était bas, nous avions très peu de sponsors. Cinq ans plus tard, nous J’ai gagné une course, j’ai failli en gagner une autre, nous avons eu une pole, nous avons eu neuf podiums, nous avons été troisièmes, quatrièmes, cinquièmes, nous avons tout mélangé à l’avant. »

Brown dit que toute l’activité de course de McLaren, qui s’étend au-delà de la F1, est au meilleur de sa forme depuis son arrivée.

« Nous avons une voiture remplie de [sponsorship from] Google, Goldman Sachs, Coca-Cola, Dell, Cicso, certaines des plus grandes entreprises du monde nous soutiennent. Nous perdions plus de 100 millions de dollars par an, nous sommes maintenant rentables. Toutes nos infrastructures seront mises en ligne cette année.

« Nous n’avions pas d’équipe IndyCar, une équipe de calibre championnat avec trois voitures toutes capables de gagner des courses, le championnat et l’Indy 500. Nous avons acquis une équipe de Formule E et avons eu notre premier podium en Extreme E. Nous’ Nous allons toujours avoir ces flux et reflux au cours de la période, mais si vous regardez où nous en étions en tant que McLaren Racing en 2018 jusqu’à où nous en sommes maintenant, nous avons fait de grands progrès.

« Mais nous ne sommes qu’à mi-chemin du voyage, n’est-ce pas? Nous voulons gagner des courses et des championnats et tout. J’ai l’impression que nous avons les fondations, les gens, la technologie, le soutien financier, pour pouvoir voir cette lumière au bout du tunnel. Mais ça va être sacrément dur.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*