Bethléem rebondit après la pandémie, soulevant l’esprit de Noël


BETHLEEM : La ville biblique de Bethléem a marqué ce qui s’annonçait comme un joyeux Noël samedi, avec des milliers de visiteurs attendus sur le lieu de naissance traditionnel de Jésus alors qu’il rebondit de la pandémie de coronavirus.
Le tourisme est le moteur économique de cette ville de Cisjordanie, et depuis deux ans, la pandémie éloigne les visiteurs internationaux. Cette année, les visiteurs sont de retour, les hôtels sont pleins et les commerçants locaux ont signalé une activité florissante à l’approche des vacances.
« Nous célébrons Noël cette année d’une manière très différente de l’année dernière », a déclaré la ministre palestinienne du Tourisme, Rula Maayah. « Nous fêtons Noël avec des pèlerins venant du monde entier. »
Samedi à midi, des centaines de personnes participaient aux célébrations du réveillon de Noël sur la place de la Mangeoire. Des fanfares battant des tambours et jouant de la cornemuse ont défilé dans la région, et les touristes étrangers se sont promenés et ont pris des selfies avec les grands de la ville. Sapin de Noël derrière eux.
Daisy Lucas, une Philippine de 38 ans qui travaille en Israël, a déclaré que c’était un rêve devenu réalité de marquer les vacances dans un endroit aussi important.
« En tant que chrétienne marchant dans les endroits de la Bible, c’est tellement écrasant », a-t-elle dit. « C’est le lieu de naissance de Jésus-Christ. En tant que chrétienne, c’est une réalisation qui figure sur ma liste de choses à faire. »
Le patriarche latin Pierbattista Pizzaballa, le plus haut ecclésiastique catholique romain de Terre Sainte, devait arriver de la ville voisine de Jérusalem pour saluer les sympathisants. Plus tard, il devait célébrer la messe de minuit dans l’église voisine de la Nativité, construite à l’endroit où les chrétiens croient que Jésus est né.
Des milliards de chrétiens inauguraient la fête, concluant une année tumultueuse caractérisée par des conflits et de la violence dans de nombreuses régions du monde.
Dans l’Ukraine ravagée par la guerre, les lumières scintillantes se répandent normalement sur Kyiv‘s Sophia Square manquent à l’appel en raison de restrictions et de coupures de courant. Au lieu de cela, un modeste sapin orné de lumières bleues et jaunes brise à peine la morosité de la place. Le maire Vitali Klitschko l’a appelé « l’arbre de l’invincibilité ».
Aux États-Unis, une tempête hivernale sauvage a continué d’envelopper une grande partie du pays, apportant des blizzards aveuglants, des pluies verglaçantes, des inondations et un froid mortel qui ont créé le chaos pour ceux qui voyageaient pour les vacances.
La réalité d’aujourd’hui était visible sur la place Manger alors que des banderoles montrant des photos du prisonnier palestinien Nasser Abu Hamid étaient bien en vue. Le prisonnier vétéran est mort d’un cancer la semaine dernière dans une clinique de la prison israélienne après avoir passé quelque 20 ans derrière les barreaux pour sa condamnation dans la mort de sept Israéliens.



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*