Nouvelle méthode révolutionnaire pour la détection précoce de plusieurs cancers


Lorsque le cancer est détecté à un stade précoce, les taux de survie augmentent considérablement, mais aujourd’hui, seuls quelques types de cancer sont dépistés. Une étude internationale menée par des chercheurs de l’Université de technologie de Chalmers, en Suède, montre qu’une nouvelle méthode non testée auparavant peut facilement détecter plusieurs types de cancers nouvellement formés en même temps, y compris des types de cancer difficiles à détecter avec des méthodes comparables.

Le cancer est l’une des maladies les plus meurtrières au monde et il est plus difficile à guérir lorsqu’il est détecté à un stade avancé.

Trouver des méthodes efficaces pour la détection précoce de plusieurs types de cancer en même temps, ce que l’on appelle la détection précoce multi-cancer (MCED), est un domaine de recherche émergent. Les tests de dépistage établis aujourd’hui sont spécifiques au type de cancer, ce qui signifie que les patients doivent être testés pour chaque type de cancer séparément. Les tests MCED émergents en cours de développement sont généralement basés sur la génétique, par exemple la mesure de fragments d’ADN provenant de tumeurs circulant dans le sang. Mais les méthodes basées sur l’ADN ne peuvent détecter que certains types de cancer et ont une capacité limitée à détecter les tumeurs au stade le plus précoce, appelé stade I.

Nouvelle méthode basée sur le métabolisme humain

Aujourd’hui, dans le cadre d’une collaboration internationale, des chercheurs de Chalmers ont développé une nouvelle méthode de détection précoce de plusieurs cancers qui est plutôt basée sur le métabolisme humain. Les résultats, qui ont été publiés dans la revue scientifique PNAS, découvrez de nouvelles opportunités pour un dépistage du cancer moins cher et plus efficace. Dans une étude totalisant 1 260 participants, les chercheurs ont d’abord découvert que la nouvelle méthode pouvait détecter les 14 types de cancer testés. Ensuite, ils ont montré que deux fois plus de cancers de stade I chez les personnes en bonne santé asymptomatiques peuvent être détectés avec la nouvelle méthode par rapport aux tests MCED émergents basés sur l’ADN.

« C’est une méthode jusqu’alors inexplorée, et grâce au fait que nous avons pu la tester sur une large population, nous pouvons montrer qu’elle est efficace pour trouver plus de cancers de stade I et plus de types de cancers. La méthode permet de trouver des types de cancer qui ne sont pas dépistés aujourd’hui et qui ne peuvent pas être trouvés avec des tests MCED basés sur l’ADN, tels que les tumeurs cérébrales et le cancer du rein », explique Francesco Gatto, chercheur invité au Département de biologie et de génie biologique de Chalmers et un des auteurs de l’étude.

Des tests moins chers et plus pratiques

La méthode est basée sur une découverte du Dr Francesco Gatto et du professeur Jens Nielsen à Chalmers il y a près de dix ans : que les soi-disant glycosaminoglycanes — un type de sucre qui est une partie importante de notre métabolisme — sont d’excellents biomarqueurs pour détecter cancer de manière non invasive. Les chercheurs ont développé une méthode d’apprentissage automatique dans laquelle des algorithmes sont utilisés pour trouver des changements indiquant le cancer dans les glycosaminoglycanes. La méthode utilise des volumes relativement faibles de sang ou d’urine, ce qui les rend plus pratiques et moins chers à utiliser.

« Le fait que la méthode soit relativement simple signifie que le coût sera considérablement bas, ce qui permettra finalement à plus de personnes d’avoir accès et de passer le test », déclare Francesco Gatto.

Une étape importante vers des tests multi-cancers efficaces

Dans la prochaine étape, les chercheurs espèrent pouvoir mener une étude avec encore plus de participants pour développer davantage et confirmer le potentiel de la méthode pour le dépistage.

« Il s’agit d’une étude révolutionnaire qui nous donne l’espoir qu’un jour la société sera en mesure de créer des programmes de dépistage capables de détecter précocement tous les types de cancer », déclare Francesco Gatto.

« Pour être en mesure de trouver plus de cas de cancer à un stade précoce, nous savons que de nouveaux outils sont nécessaires. Ces résultats sont très prometteurs en raison de la sensibilité plus élevée démontrée à travers plus de types de cancer au stade I, en utilisant une technologie rentable et accessible », déclare Dr Eric Jonasch, MD, professeur à l’Université du Texas MD Anderson Cancer Center et co-auteur de l’étude. L’étude a été menée par des chercheurs de Chalmers en collaboration avec plus de 30 partenaires dans 10 universités et instituts de recherche différents en Suède et à l’étranger. Ce sont : Lund University, Suède, Uppsala University, Suède, Sahlgrenska Academy at University of Gothenburg, Suède, Karolinska Institute, Suède, Vancouver Prostate Centre, Canada, University of British Columbia, Canada, Università Vita-Salute San Raffaele, Italie, University de Modène et Reggio Emilia, Italie, Université du Texas MD Anderson Cancer Center, États-Unis, et Université de Copenhague, Danemark.

La méthode a déjà fait son entrée dans la société grâce à la start-up Elypta, qui fait partie du portefeuille de Chalmers Ventures. Elypta s’appuie sur les recherches présentées dans l’étude scientifique et se concentre sur le développement et la commercialisation de tests MCED ainsi que sur un test pour le cancer du rein récurrent. De plus, Elypta a développé les méthodes de mesure utilisées pour soutenir l’analyse de l’étude.

En savoir plus sur la recherche

L’étude montre qu’une méthode basée sur l’analyse des modifications des glycosaminoglycanes — un type de sucre qui est une partie importante de notre métabolisme — peut être utilisée pour détecter plusieurs types de cancer différents à un stade précoce à partir du même échantillon de sang et d’urine, même types de cancer difficiles à détecter avec d’autres méthodes. Les chercheurs ont choisi de tester 14 types de cancer différents, représentant la majorité des cancers nouvellement diagnostiqués, et les 14 types ont pu être détectés avec la nouvelle méthode. 1 260 personnes ont participé à l’étude, à la fois en bonne santé et ayant déjà reçu un diagnostic de cancer. Avec cette nouvelle méthode de détection précoce de plusieurs cancers (MCED), deux fois plus de cas de cancer à son stade le plus précoce (stade I) chez des personnes en bonne santé par ailleurs asymptomatiques pourraient être détectés par rapport aux autres tests MCED basés sur l’ADN en cours de développement.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*