Le chef tchétchène dit que le pape « a été victime de la propagande »


MOSCOU : le dirigeant tchétchène Ramzan Kadyrov a déclaré mercredi le pape Francis « a été victime de la propagande » après que le pontife ait pointé du doigt le rôle présumé des minorités ethniques russes dans l’offensive ukrainienne.
Kadyrov, qui dirige la Tchétchénie à majorité musulmane en Russie avec des violations généralisées des droits de l’homme, a été l’un des partisans les plus virulents de Moscou dans la campagne.
« Le pape a appelé le Tchétchènes et les bouriates les plus cruels de l’armée russe », Kadyrov a écrit sur les réseaux sociaux, « il vient d’être victime de propagande ».
Des unités tchétchènes – dont la propre milice de Kadyrov à la sinistre réputation, les « Kadyrovtsi » – combattent aux côtés des forces régulières russes en Ukraine.
Le pape François, dans une interview publiée lundi, a déclaré que certains des acteurs « les plus cruels » parmi les rangs russes en Ukraine « ne sont pas de tradition russe », mais des minorités comme « les Tchétchènes, les Bouriaties, etc. ».
« Tout le monde est profondément religieux » dans les rangs des forces tchétchènes, a répondu Kadyrov, « et chaque combattant sait qu’en temps de guerre, il ne faut pas oublier l’honneur, la dignité et même le respect de l’ennemi ».
« Il est honteux qu’une personnalité religieuse de renommée mondiale ne connaisse pas l’attitude des musulmans envers l’ennemi. »
Kadyrov a régulièrement appelé à l’utilisation des tactiques les plus drastiques en Ukraine.
Il a également déclaré qu’il envoyait ses trois fils adolescents – âgés de 14, 15 et 16 ans – au front.



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*