Le Japon enregistre un nouveau creux alors que la population diminue et vieillit


TOKYO : Le nombre de bébés nés à Japon cette année est en dessous du niveau record de l’année dernière dans ce que le porte-parole du gouvernement a décrit comme une « situation critique ».
Secrétaire en chef du Cabinet Hirokazu Matsuno promis des mesures globales pour encourager davantage de mariages et de naissances.
Le total de 599 636 Japonais nés en janvier-septembre était de 4,9% inférieur au chiffre de l’année dernière, ce qui suggère que le nombre de naissances en 2022 pourrait tomber en dessous du record de 811 000 bébés de l’année dernière, a-t-il déclaré.
Le Japon est la troisième plus grande économie du monde, mais le coût de la vie est élevé et les augmentations de salaire ont été lentes.
Le gouvernement conservateur a tardé à rendre la société plus inclusive pour les enfants, les femmes et les minorités.
Jusqu’à présent, les efforts du gouvernement pour encourager les gens à avoir plus de bébés ont eu un impact limité malgré le versement de subventions pour la grossesse, l’accouchement et la garde des enfants.
« Le rythme est encore plus lent que l’an dernier … Je comprends que c’est une situation critique », a déclaré Matsuno.
De nombreux jeunes Japonais ont hésité à se marier ou à fonder une famille, découragés par de sombres perspectives d’emploi, des trajets onéreux et des cultures d’entreprise incompatibles avec le travail des deux parents.
Le nombre de naissances est en baisse depuis 1973, année où il a culminé à environ 2,1 millions. Il devrait tomber à 740 000 en 2040.
La population japonaise de plus de 125 millions d’habitants est en déclin depuis 14 ans et devrait tomber à 86,7 millions d’ici 2060.
Une population en déclin et vieillissante a d’énormes implications pour l’économie et la sécurité nationale alors que le pays renforce son armée pour contrer les ambitions territoriales de plus en plus affirmées de la Chine.
Un panel mandaté par le gouvernement a soumis un rapport au Premier ministre Fumio Kishida la semaine dernière, citant le faible taux de natalité et la baisse de la population comme des facteurs susceptibles d’éroder la force nationale du Japon. (PA)



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*