L’histoire vraie d’Olympian Undercut par Bland Filmmaking


C’est toujours décevant quand une histoire vraie indéniablement incroyable est transformée en un film qui raconte ladite histoire d’une manière qui sape à quel point l’histoire est vraiment remarquable. Les nageursqui suit l’espoir olympique de natation chez les adolescentes Yousra Mardini (Nathalie Issa) et sa soeur Sara Mardin (Manal Issa) alors qu’ils quittent leur maison déchirée par la guerre en Syrie et tentent de se rendre à Berlin, est une histoire absolument poignante qui mérite d’être racontée. Mais co-scénariste et réalisateur Sally El Hosaini et co-scénariste Jack Thorne zapper Les nageurs de son urgence et de sa puissance avec une durée d’exécution de près de deux heures et demie et de nombreux choix de tournage fades.

VIDÉO Crumpa DU JOUR

Les sœurs Mardini ont été élevées par leur père Ezzat (Ali Sulman) pour devenir nageurs. Ses rêves ne se sont pas réalisés, alors il s’assure que ses trois filles tentent d’atteindre son objectif. Ezzat appelle Yusra une centrale électrique, car elle se consacre à grandir en tant que nageuse, passant une grande partie de son temps à s’entraîner ou à penser à s’entraîner. Pendant ce temps, Sara est moins motivée et beaucoup plus intéressée par la fête, ce qui semble être à la fois un mécanisme d’adaptation après avoir perdu tant de ses amis à la guerre, et aussi une façon de célébrer la vie qu’il lui reste. Yusra et Sara veulent quitter la Syrie pour se rendre à Berlin après avoir appris que les réfugiés de moins de 18 ans qui s’y rendent peuvent faire venir leur famille.

Ezzat est contre ce plan, jusqu’à ce qu’une rencontre de natation se termine avec Yusra face à face avec une bombe non explosée dans la piscine. Peu de temps après, Yusa, Sara et leur cousin Nizar (Ahmed Malik) quittent la Syrie et tentent de se rendre à Berlin, ce qui les enverra fuir la police, traverser des eaux traîtresses et faire confiance à des personnes louches pour les amener là où ils doivent aller.

Image via Netflix

CONNEXES: Matthias Schweighöfer parle de « The Swimmers », de sa collaboration avec Christopher Nolan sur « Oppenheimer » et du film Milli Vanilli

Le voyage à Berlin est défini par mauvaise décision après mauvaise décision. Le premier choix majeur se présente alors qu’ils tentent de se rendre sur l’île de Lesbos, ce qui signifie prendre un canot rafistolé aux côtés d’un grand groupe de personnes. Avant même de monter sur le canot, les sœurs et le public savent tous les deux qu’ils ont commis une énorme erreur. Cependant, ce segment reste la partie la plus captivante de Les nageurscar Sally El Hosaini sait comment construire efficacement la tension du moment et montre le véritable danger et la peur qui ont accompagné ce voyage.

Le reste de ce voyage est fascinant parce que les vraies sœurs Mardini sont passées par là, pas nécessairement à cause de quoi que ce soit d’El Hosaini ou de Thorne ou de faire pour élever cette histoire. Au lieu de cela, nous obtenons une ventilation étape par étape de ce qu’ils ont vécu, les menant finalement à leur objectif. De là, Les nageurs passe à un film sportif plus conventionnel, alors que les sœurs rencontrent le maître-nageur Sven (Matthias Schweighofer), qui est défini de la même manière qu’Ezzat (nageur raté essayant d’aider les autres qui ont encore de l’espoir), et avec peu d’agence au-delà de son désir d’aider Yusra. Mais même si nous savons que Yusra se rend aux Jeux olympiques, le voyage jusqu’à présent est bien plus captivant que ce film sportif standard en chiffres qui apparaît en seconde période.

Sally El Hosaini et Jack Thorne décident également de lancer toutes sortes de métaphores lourdes pour l’histoire de Yusra et Sara tout au long du film. Par exemple, avant de quitter la Syrie, Yusra, Sara et leur petite sœur chassent l’oiseau de Yusra dans sa chambre, un oiseau enfin libre qu’on ne peut pas remettre dans sa cage. Même la séquence du bateau absorbant y est sensible. Alors que les passagers jettent toutes leurs affaires à l’eau pour sauver leur vie, Yusra a du mal à se débarrasser de ses médailles de natation, presque comme si elle disait au revoir à sa vie passée et à ses rêves potentiels de natation. Ajoutez à cela une bande-son pleine de choix musicaux sur le nez qui décrivent complètement ce que ces personnages ressentent à un moment donné, et El Hosaini et Thorne tiennent la main du public tout au long de cette expérience.

les-nageurs-nathalie-issa
Image via Netflix

A 134 minutes, Les nageurs sent aussi sa longueur, un film qui traîne — surtout dans cette seconde moitié — alors qu’il faudrait s’investir dans cette histoire bouleversante. Nathalie Issa et Manal Issa font un travail formidable en tant que sœurs, et même lorsque le film touche les mêmes points encore et encore, elles maintiennent toujours ce film à flot. Mais Les nageurs aurait certainement été plus efficace s’il avait été resserré et plus ciblé. Encore plus accablante est une explication de ce qui est arrivé à ces sœurs après cette histoire, faisant allusion à un récit qui mérite d’être raconté, mais qui est surtout jeté dans les derniers instants du film.

Les sœurs Mardini dans la vraie vie ont traversé l’enfer, et leur voyage est incroyablement puissant, compte tenu de ce qu’elles ont traversé. Mais Les nageurs ne donne qu’occasionnellement à cette histoire le pouvoir dont elle a besoin, tombant plutôt dans des tropes faciles et un récit flou. L’histoire de Yusra et Sara aurait pu être un documentaire extraordinaire, mais au lieu de cela, leur histoire a été transformée en une histoire terne qui ne peut pas raconter ce voyage comme il mérite d’être raconté.

Évaluation: C

Les nageurs est maintenant disponible en streaming sur Netflix.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*