Les secondes intercalaires qui écrasent le réseau seront abandonnées d’ici 2035, pendant au moins un siècle


Il n’y a pas beaucoup de choses sur lesquelles vous pouvez mettre d’accord Facebook, Google, les États-Unis, la France et Linus Torvalds, mais l’une d’entre elles s’est réalisée.

Un vote quasi unanime vendredi à Versailles, en France, par les parties du Bureau international des poids et mesures (BIPM dans son français natal) sur la résolution 4 signifie qu’à partir de 2035, la seconde intercalaire, la manière remarquablement compliquée d’aligner la terre rotation incohérente avec le chronométrage de précision atomique, verra son utilisation interrompue. Le temps universel coordonné, ou UTC, fonctionnera sans eux jusqu’en 2135. Il n’était pas clair si des secondes intercalaires pourraient se produire avant cette date, bien que cela semble peu probable.

L’hypothèse est qu’au cours de ces 100 ans, les scientifiques (métrologues) axés sur le temps auront trouvé un moyen de synchroniser le temps tel que mesuré par les humains avec le temps tel que vécu par notre planète en orbite autour du Soleil. Mais la plupart des gens ne remarqueront aucune différence, même si le décalage horaire peut atteindre une minute à la fin de ces 100 ans.

« Le lien entre UTC et la rotation de la Terre n’est pas perdu, UTC reste lié à la Terre », a déclaré à l’Agence France-Presse (AFP) Patrizia Tavella, chef du département du temps du BIPM.

Les représentants russes du BIPM ont voté contre la résolution et le Bélarus s’est abstenu. Tavella a déclaré à l’AFP que l’opposition de la Russie n’était pas « par principe », mais qu’elle souhaitait retarder la suppression de la seconde intercalaire jusqu’en 2040. GLONASS, le système de positionnement par satellite russe, intègre des ajustements de type intercalaire et devra être retravaillé. Une date de 2035 était un compromis avec d’autres entités qui voulaient accélérer la suppression de la seconde intercalaire, a déclaré Tavella à l’AFP.

Les administrateurs système du monde entier, en particulier dans les grandes entreprises, ne sauront jamais quelles catastrophes les attendaient à la seconde intercalaire suivante. Les secondes intercalaires en 2012 et 2017 ont provoqué des pannes de plusieurs heures dans des entreprises telles que Reddit, Qantas et Cloudflare. De nombreuses entreprises ont mis en œuvre une version de « leap smearing » pour lisser un ajout de seconde intercalaire en micro-secondes réparties dans le monde entier tout au long d’une journée.

Meta a été la dernière voix à s’exprimer contre les secondes intercalaires au cours de l’été. Les 27 secondes intercalaires qui ont été appliquées depuis leur introduction en 1972 étaient « suffisantes pour le prochain millénaire », ont écrit ses ingénieurs dans un article de blog. Ils ont également soulevé le spectre d’une seconde intercalaire négative, qui pourrait soumettre les réseaux à de nouvelles saveurs de torture de synchronisation temporelle.

Alors que le vote du BIPM a établi une politique pour ne pas tenir compte des minutes intercalaires, l’entité qui coordonne et diffuse réellement l’UTC, l’Union internationale des télécommunications (UIT), pourrait potentiellement intervenir. Felicitas Arias, ancienne directrice du temps au BIPM, a déclaré à la revue Nature que le dernier mot de l’UIT est « ce qui nous rend un peu nerveux ». Pourtant, Arias a déclaré au New York Times que les négociations entre le BIPM et l’UIT l’avaient convaincue du succès.

La prochaine conférence décisionnelle de l’UIT aura lieu fin 2023 à Dubaï, aux Émirats arabes unis, à peu près à l’expiration du contrat avec l’UIT pour maintenir l’heure UTC. Après cela, le temps de la seconde intercalaire sera probablement venu.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*