Twitter ferme des bureaux pour la journée car il supprime 50 % de ses effectifs ; le personnel poursuit déjà


Un jour après qu’il a été annoncé que Twitter licencierait 50% de son personnel, Twitter a temporairement fermé ses bureaux pour commencer les licenciements. Certains membres du personnel ont déclaré à Crumpa que des centaines d’employés qui ont reçu cette nouvelle hier se sont immédiatement connectés à Slack pour dire au revoir avant que l’accès ne soit supprimé. D’autres travailleurs ont déclaré à Crumpa que l’équipe de modération du contenu devrait être durement touchée par les licenciements.

Un utilisateur de Twitter dont la biographie indique qu’il a auparavant été responsable principal de la communauté Twitter tweeté pour marquer le moment où il a perdu l’accès à la société Slack. Cet employé de Twitter a supposé que la perte de l’accès à Slack confirmait qu’il n’était plus employé, mais ne le saura pas avec certitude jusqu’à aujourd’hui, lorsque les employés sauront s’ils sont licenciés lorsqu’ils recevront un e-mail dans leur boîte de réception personnelle. Chaque employé censé rester sur Twitter recevra un e-mail dans sa boîte de réception professionnelle.

Ces annonces par e-mail devraient arriver vendredi à midi HE, selon un e-mail interne de Twitter examiné par Crumpa, qui a informé le personnel de Twitter : « Dans un effort pour placer Twitter sur une voie saine, nous passerons par le processus difficile de réduction de notre la main-d’œuvre mondiale vendredi. »

Environ 3 700 employés devraient être licenciés. Cette confirmation soudaine, cependant, mettra au moins fin à l’incertitude pour le personnel de Twitter, qui devait deviner jusqu’à hier si le nouveau propriétaire de Twitter, Elon Musk, donnerait effectivement suite aux rumeurs de licenciements massifs.

Avant même que les licenciements ne soient confirmés, certains membres du personnel ripostent déjà. Dans sa précipitation à réduire le personnel, Musk et son équipe juridique ont apparemment négligé ou ignoré une loi fédérale et californienne – la loi WARN (Worker Adjustment and Retraining Notification Act) – qui exige un préavis de 60 jours au personnel avant les licenciements massifs.

Déjà, le personnel de Twitter poursuit Twitter, avec cinq employés déposant un recours collectif devant un tribunal fédéral de San Francisco au nom de tout le personnel de Twitter. Les travailleurs seront représentés par l’avocate Shannon Liss-Riordan, qui a aidé les travailleurs de Tesla à poursuivre après le licenciement de 10 % du personnel en juin dernier. Ce litige s’est terminé par une victoire pour Tesla qui a forcé les travailleurs de Tesla à sortir du tribunal et à se soumettre à un arbitrage à huis clos. Pour empêcher une autre société Musk de faire de même avec le personnel de Twitter, Liss-Riordan a déclaré à Bloomberg que les employés avaient demandé au tribunal d’empêcher Twitter de les forcer à signer des documents qui renoncent à leur droit de participer au procès.

« Nous avons intenté cette action en justice ce soir pour tenter de nous assurer que les employés sont conscients qu’ils ne doivent pas renoncer à leurs droits et qu’ils ont un moyen de faire valoir leurs droits », a déclaré Liss-Riordan à Bloomberg.

Liss-Riordan et Twitter n’ont pas immédiatement répondu à la demande de commentaire d’Ars.

Le recours collectif demande à Twitter de se conformer à la loi WARN ou de verser des indemnités de départ, y compris des pertes de salaire, qui, selon les employés qui poursuivent, n’ont pas été versées jusqu’à présent.

Le personnel de Twitter se rassemble derrière le hashtag #OneTeam pour fournir des mises à jour et un soutien pendant les licenciements. Un utilisateur de Twitter dont la biographie indique qu’il est un responsable mondial des médias sociaux et de l’éditorial « en rétablissement » pour Twitter posté ce qu’il a dit serait le dernier tweet envoyé par son équipe depuis le compte Twitter officiel. C’est une capture d’écran qui dit simplement « au revoir littéralement tout le monde ».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*