Un homme armé palestinien tue une soldate israélienne à Jérusalem


JERUSALEM : Un Palestinien a ouvert le feu sur un poste de contrôle militaire israélien à Jérusalem-Est samedi soir, tuant une femme soldat israélienne et blessant trois autres personnes, ont annoncé les autorités israéliennes.
L’attaque est survenue quelques heures après une paire de Adolescents palestiniens ont été tués lors d’un raid militaire israélien en Cisjordanie occupée.
Il s’agissait de la dernière effusion de sang de la série de combats la plus meurtrière dans la région en sept ans. Cela s’est également produit moins de 24 heures avant qu’Israël ne commence à célébrer la semaine de fête de Souccot, une période où des dizaines de milliers de Juifs visitent la ville sainte.
La fusillade de samedi soir s’est produite à un poste de contrôle près du camp de réfugiés de Shuafat à Jérusalem-Est. La police a déclaré que l’agresseur était sorti d’une voiture et avait ouvert le feu, blessant grièvement la femme soldat et un agent de sécurité avant de se précipiter dans le camp. L’armée a annoncé tôt dimanche que la femme, âgée de 19 ans, était décédée.
Selon la police, deux membres de l’unité paramilitaire de la police des frontières ont été légèrement blessés par des éclats d’obus.
La police a déclaré qu’elle recherchait l’agresseur, avec des forces spéciales et un hélicoptère impliqués dans la recherche. La police a déclaré dimanche matin qu’elle avait arrêté une personne soupçonnée d’être impliquée dans l’attaque, mais qu’elle poursuivait la chasse à l’homme.
« Ce soir, nos cœurs vont aux blessés et à leurs familles », a déclaré le Premier ministre Yair Lapid. « Le terrorisme ne nous vaincra pas. Nous sommes aussi forts dans cette soirée difficile.
Israël a capturé Jérusalem-Est lors de la guerre du Moyen-Orient de 1967 et a annexé la région dans un mouvement qui n’est pas reconnu internationalement. Il considère la ville entière, y compris Jérusalem-Est, qui abrite les lieux saints les plus importants de la ville, comme sa capitale. Les Palestiniens revendiquent Jérusalem-Est comme capitale d’un futur État.
Israël a déjà mené des raids d’arrestation quotidiens en Cisjordanie occupée depuis une série d’attaques palestiniennes meurtrières à l’intérieur d’Israël. La majeure partie de l’activité militaire s’est concentrée sur les villes palestiniennes de Jénine et de Naplouse dans le nord de la Cisjordanie.
Plus tôt samedi, l’armée israélienne a tiré et tué deux adolescents palestiniens lors d’un raid d’arrestation dans le camp de réfugiés de Jénine, le site d’affrontements répétés entre les forces israéliennes et des hommes armés et des résidents locaux. Le camp est connu comme un bastion des militants palestiniens.
Des responsables palestiniens ont déclaré que des soldats étaient entrés dans le camp tôt samedi et avaient encerclé une maison. Dans des vidéos diffusées sur les réseaux sociaux, des échanges de tirs ont pu être entendus. Le ministère palestinien de la Santé a fait état de deux morts et de 11 blessés, dont trois dans un état critique.
Le ministère palestinien de la Santé a identifié les morts comme étant Mahmoud al-Sous, 18 ans, et Ahmad Daraghmeh, 16 ans.
L’armée israélienne a déclaré avoir arrêté un membre du groupe militant du Jihad islamique âgé de 25 ans qui avait déjà été emprisonné par Israël. Il a indiqué que l’homme avait récemment été impliqué dans des attaques par balles contre des soldats israéliens.
Il a indiqué que les soldats avaient ouvert le feu pendant le raid lorsque des dizaines de Palestiniens ont lancé des explosifs et tiré sur eux.
Juste avant midi, les forces israéliennes se sont retirées de la zone.
Le meurtre a eu lieu un jour après que deux adolescents palestiniens, âgés de 14 et 17 ans, ont été tués par des tirs israéliens dans des incidents séparés ailleurs en Cisjordanie occupée. Des groupes de défense des droits accusent les forces israéliennes d’utiliser une force excessive dans leurs relations avec les Palestiniens, sans en être tenues responsables. L’armée israélienne dit qu’elle n’ouvre le feu que dans des situations mettant la vie en danger.
Israël dit qu’il est obligé d’agir parce que les forces de sécurité palestiniennes, qui se coordonnent avec l’armée dans une alliance tendue contre les militants islamiques, ne peuvent pas ou ne veulent pas réprimer. Les forces de sécurité palestiniennes affirment que les raids militaires ont sapé leur crédibilité et le soutien public, surtout en l’absence de tout processus politique. Le dernier cycle de pourparlers de paix israélo-palestiniens de fond s’est terminé en 2009.
Selon Israël, la plupart des personnes tuées étaient des militants. Mais des jeunes locaux protestant contre les incursions ainsi que des civils ont également été tués dans les violences. Des centaines de personnes ont été arrêtées, dont beaucoup placées en détention dite administrative, ce qui permet à Israël de les détenir sans procès ni inculpation. Plus de 100 Palestiniens ont été tués dans les combats cette année.
La violence est également alimentée par l’approfondissement de la désillusion et de la colère des jeunes Palestiniens face à la coordination sécuritaire étroite entre Israël et l’Autorité palestinienne soutenue par la communauté internationale, qui travaillent ensemble pour appréhender les militants.
L’envoyé de l’ONU au Moyen-Orient, Tor Wennesland, s’est dit alarmé par l’augmentation des effusions de sang. « La montée de la violence en Cisjordanie occupée alimente un climat de peur, de haine et de colère », a-t-il déclaré dans un communiqué, appelant les parties à réduire les tensions et à prendre des mesures pour relancer un processus politique.
Israël a capturé la Cisjordanie lors de la guerre du Moyen-Orient de 1967 et 500 000 colons juifs vivent maintenant dans quelque 130 colonies et autres avant-postes parmi près de 3 millions de Palestiniens. Les Palestiniens veulent ce territoire, ainsi que Jérusalem-Est et la bande de Gaza, pour leur futur État.



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*