Iga Swiatek mécontente de la WTA et de l’ITF : « Ils ne coopèrent pas ».


Dans sa dernière interview, Iga Swiatek n’a pas seulement parlé de ses victoires, de sa position en tête du classement et de ses ambitions pour l’avenir. La numéro un mondiale s’est plainte du calendrier et de la quasi contemporanéité entre les finales WTA et les finales de la Billie Jean King Cup.

Bien qu’elle ait expliqué que pour le moment, elle n’a pas encore réussi à métaboliser une année 2022 flippante. Elle a expliqué : « La vérité est que je suis encore en train de m’habituer à tout cela, même si c’est une position assez confortable.

J’ai travaillé dur pour obtenir ces résultats, donc je suis reconnaissante de voir mes victoires et mes chiffres. Je me souviens qu’il y a un an, à ce moment de la saison, j’étais sous pression parce que j’essayais encore d’obtenir une place en finale, donc ces souvenirs si possible me font apprécier encore plus ce qui s’est passé au cours des 9 derniers mois. »

Swiatek mécontente de la WTA et de l’ITF

Un rôle plein de charges et d’honneurs pour la tenniswoman polonaise, qui ressent visiblement le poids de ses responsabilités : « Je sais que j’ai une certaine influence sur les gens, alors j’aimerais être une inspiration pour les jeunes garçons et filles.

Je suis heureuse d’avoir une fondation, bien sûr j’ai aussi eu la chance de rencontrer des gens qui me connaissaient avant que je ne devienne populaire. Parlons d’un problème. Je ne suis pas du tout heureuse.

Le fait que l’ITF et la WTA ne coopèrent pas m’inquiète. Je ferai tout ce qui est en mon pouvoir pour changer les choses. Je ne veux pas que cela se répète. En 2021, la même chose s’est produite, c’est pourquoi certains joueurs ont été contraints de prendre une décision.

Ce n’est pas juste. » Des mots d’estime et d’affection évidemment aussi envers Roger Federer, un modèle d’inspiration pour toute une vie : « Ce sera pour la façon dont il se déplace, avec laquelle il frappe la balle, la technique ou sa façon de faire à l’intérieur et en dehors du court.

Mais c’est une chose à part. Le regarder jouer a toujours été une expérience. Je ne sais pas si je m’approcherai un jour de son tennis, mais j’essaierai. »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*