SpaceX veut apporter l’Internet par satellite en Iran : Elon Musk


WASHINGTON: EspaceX va demander une exemption des sanctions américaines contre l’Iran dans le but d’offrir son service Internet par satellite au pays, a déclaré lundi le propriétaire Elon Musk.
Lien stellaire demandera une exemption de sanctions contre l’Iran”, a déclaré Musk en réponse à un tweet d’un journaliste scientifique.
Musk avait initialement annoncé que le service Internet par satellite Starlink avait été mis à disposition sur tous les continents – “y compris l’Antarctique” – la société prévoyant de lancer jusqu’à 42 000 satellites pour renforcer la connectivité.
Le journaliste scientifique d’origine iranienne Erfan Kasraie avait déclaré sur Twitter que l’introduction du service en Iran pourrait être “un véritable changeur de jeu pour l’avenir” du pays, ce qui a suscité la réponse de Musk.
Lancé fin 2020, Starlink propose un service haut débit haut débit aux clients des zones mal desservies par les réseaux terrestres fixes et mobiles via une constellation de satellites en orbite terrestre basse.
Le service a acquis une notoriété après avoir fourni des antennes et des modems à l’armée ukrainienne pour améliorer ses capacités de communication dans sa guerre avec la Russie.
Starlink est monétisé via l’achat d’antennes, de modems et d’abonnements avec des tarifs qui varient selon les pays.
Près de 3 000 satellites Starlink ont ​​été déployés depuis 2019 et SpaceX effectue environ un lancement par semaine, utilisant ses propres fusées Falcon 9 pour accélérer son déploiement.
L’Iran est soumis à un régime de sanctions américaines renforcé depuis que l’ancien président Donald Trump a mis fin à un accord de 2015 sur ses activités nucléaires.
Alors que l’actuel président Joe Biden soutient une renégociation de l’accord, l’insistance iranienne sur les garanties à long terme de Washington a bloqué les discussions.
De nouvelles séries de sanctions ont été imposées à l’Iran ce mois-ci après qu’une société basée à Téhéran a aidé à expédier des drones en Russie, et en réponse à une cyberattaque massive ciblant l’Albanie en juillet, qui aurait été menée par le ministère iranien du renseignement.



Leave a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*