L’ONU condamne l’interdiction “honteuse” d’éducation des filles afghanes pendant un an


KABOUL: Les Nations Unies ont exhorté dimanche les talibans à rouvrir les lycées pour filles dans tout l’Afghanistan, condamnant l’interdiction qui a commencé il y a exactement un an comme “tragique et honteuse”.
Quelques semaines après la prise du pouvoir par les talibans en août de l’année dernière, les islamistes extrémistes ont rouvert les lycées pour garçons le 18 septembre 2021, mais ont interdit aux écolières du secondaire d’assister aux cours.
Des mois plus tard, le 23 mars, le ministère de l’éducation ont ouvert des écoles secondaires pour filles, mais en quelques heures, les dirigeants talibans ont ordonné la fermeture des classes.
Depuis lors, plus d’un million d’adolescentes ont été privées d’éducation à travers le pays, a déclaré la Mission d’assistance des Nations Unies en Afghanistan (MANUA).
“C’est un anniversaire tragique, honteux et entièrement évitable”, a déclaré Marcus Potzelle chef par intérim de la MANUA dans un communiqué.
“C’est profondément préjudiciable à une génération de filles et à l’avenir de l’Afghanistan lui-même”, a-t-il dit, ajoutant que l’interdiction n’avait pas d’équivalent dans le monde.
Le chef de l’ONU, Antonio Guterres, a exhorté les talibans à révoquer l’interdiction.
“Une année de connaissances et d’opportunités perdues qu’ils ne retrouveront jamais”, a déclaré António Guterres sur Twitter.
“Les filles ont leur place à l’école. Les talibans doivent les laisser rentrer.”
Plusieurs responsables talibans affirment que l’interdiction n’est que temporaire, mais ils ont également avancé une litanie d’excuses pour les fermetures – du manque de fonds au temps nécessaire pour remodeler le programme selon les lignes islamiques.
Plus tôt ce mois-ci, le ministre de l’Éducation a été cité par les médias locaux comme ayant déclaré qu’il s’agissait d’un problème culturel, car de nombreux ruraux ne voulaient pas que leurs filles aillent à l’école.
Après avoir pris le pouvoir le 15 août dernier au milieu d’un retrait chaotique des forces étrangères, les talibans ont promis une version plus douce de leur régime islamiste dur qui a dirigé l’Afghanistan entre 1996 et 2001.
Mais en quelques jours, ils ont commencé à imposer de sévères restrictions aux filles et aux femmes pour qu’elles se conforment à leur vision austère de l’islam, les écartant ainsi de la vie publique.
Outre la fermeture des lycées pour filles, les talibans ont interdit aux femmes de nombreux emplois gouvernementaux et leur ont également ordonné de se couvrir en public, de préférence avec une burqa globale.
Certaines écoles secondaires pour filles sont restées ouvertes dans des provinces éloignées des bases du pouvoir central de Kaboul et de Kandahar en raison de la pression des familles et des chefs tribaux.



Leave a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*