L’OMS s’inquiète de la flambée des maladies due aux inondations au Pakistan


ISLAMABAD: L’Organisation mondiale de la santé a exprimé ses craintes concernant une deuxième catastrophe imminente de maladies d’origine hydrique au Pakistan à la suite d’inondations dévastatrices qui ont fait des ravages dans plusieurs régions du pays.
Dans une déclaration publiée par le chef de l’OMS Tedros Adhanom Ghebreyesusl’organisme mondial de surveillance de la santé, a déclaré que l’approvisionnement en eau avait été interrompu dans les zones touchées par les inondations au Pakistan, obligeant les gens à boire de l’eau insalubre qui pourrait provoquer le choléra et d’autres maladies.
L’OMS a averti les habitants des régions touchées par les inondations du Pakistan, précisément la province du Sindh la plus touchée, de redoubler de prudence.
Tedros a souligné samedi que l’eau stagnante sert de terrain fertile pour les moustiques et propage des maladies à transmission vectorielle telles que le paludisme et la dengue et a exhorté les donateurs à continuer à répondre généreusement pour “sauver des vies et prévenir davantage de souffrances”.
Par ailleurs, le directeur général de l’OMS a tweeté qu’il était “profondément préoccupé par le potentiel d’une deuxième catastrophe au Pakistan, propageant des maladies et menaçant des vies à la suite des inondations” et a demandé un soutien rapide pour résoudre le problème.
“Si nous agissons rapidement pour protéger le système de santé et fournir des services essentiels, nous pouvons réduire l’impact de cette crise sanitaire imminente”, a-t-il tweeté.
La situation au Pakistan continue d’être sombre car les inondations dévastatrices ont causé des ravages dans le pays, précisément dans les provinces du Balouchistan et du Sind.
Au moins 1 545 personnes ont été tuées à cause des inondations à travers le Pakistan et environ 16 millions d’enfants ont été touchés.
L’OMS a immédiatement débloqué 10 millions de dollars du Fonds de réserve de l’OMS pour les urgences qui a permis à l’organisme mondial de la santé de fournir des médicaments essentiels et d’autres fournitures au pays.
Dans un développement connexe, le Fonds monétaire international (FMI) a annoncé dimanche qu’il soutiendrait les efforts de secours contre les inondations et de reconstruction au Pakistan dans le cadre de son plan de sauvetage actuel pour le pays.
Le mois dernier, le Fonds a rétabli un programme d’assistance économique au point mort et a également fourni 1,1 milliard de dollars au pays.
Le représentant résident du FMI dans le pays, Esther Pérez Ruiza déclaré dans un communiqué que le FMI était “profondément attristé” par l’impact dévastateur des récentes inondations au Pakistan et a exprimé sa sympathie aux millions de victimes des inondations.
“Nous travaillerons avec d’autres membres de la communauté internationale pour soutenir, dans le cadre du programme actuel, les efforts de secours et de reconstruction des autorités, et en particulier leurs efforts continus pour aider les personnes touchées par les inondations tout en garantissant des politiques durables et la stabilité macroéconomique”, indique le communiqué. .
Cependant, on ne sait pas comment le FMI apporterait son soutien dans le cadre de l’accord existant au titre du mécanisme élargi de financement (EFF), qui a été signé en juillet 2019 pour fournir 6 milliards de dollars au Pakistan sur une période de 39 mois.
Mais le conseil d’administration du FMI avait approuvé une prolongation du programme jusqu’à fin juin 2023 et l’avait également porté à environ 6,5 milliards de dollars.
Le département de la santé du Sindh, quant à lui, a déclaré qu’un total de 2,5 millions de patients avaient été traités dans différents camps médicaux à travers la province du 1er juillet à ce jour, a rapporté le journal Dawn.
Pas moins de 594 241 patients ont été traités pour des maladies liées à la peau, suivies de la diarrhée (534 800), du paludisme (10 702), de la dengue (1 401) et d’autres maladies (120 745,1), selon un rapport de la Direction générale des services de santé du Sindh.
Le rapport a également montré que 90 398 patients ont été traités au cours des dernières 24 heures, dont 17 919 avaient la diarrhée, 19 746 avaient des maladies liées à la peau, 695 avaient le paludisme et 388 avaient la dengue.
Environ 92 797 personnes ont été soignées dans la province le 15 septembre, a rapporté le journal.
Dans la province de Khyber Pakhtunkhwa, le département de la santé a déclaré que ses responsables luttaient déjà pour endiguer la propagation de la dengue hémorragique dans les districts de la province touchés par les inondations, a rapporté le journal The Express Tribune.



Leave a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*