“Roger Federer rit dans les vestiaires comme…”, dit l’ancienne star


La légende du tennis Britannique Virginia Wade a décrit la reine Elizabeth II comme “totalement terre à terre” et a révélé que Roger Federer était “complètement amoureux d’elle” lorsqu’ils ont rencontré la reine en 2010.

Jeudi, la Maison royale a annoncé que la reine était décédée à l’âge de 96 ans. Tout au long de sa vie, la reine a effectué quatre visites au All England Club : en 1957, 1962, 1977 et 2010.

En 2010, Wade et Federer ont été parmi les quelques élus qui ont eu l’honneur de s’asseoir avec la reine à une table de déjeuner. “J’ai eu la chance d’être invité au palais de Buckingham avec un très petit groupe avec la reine”, a déclaré Wade à l’agence de presse PA.

“J’ai eu beaucoup de chance lorsque la reine est venue à Wimbledon en 2010. Nous nous sommes assis à une petite table pour le déjeuner. Il y avait Roger Taylor, Ann Jones et Angela Mortimer. Je pense que nous n’étions que huit.

Roger était complètement amoureux d’elle. Elle était si intelligente, juste sur la balle. Chaque rencontre que vous avez eue avec la reine a été inoubliable. J’en ai eu pas mal qui lui ont juste serré la main et n’ont rien dit à son sujet, mais c’était vraiment spécial d’apprendre à la connaître, de voir que de l’autre côté où se trouvait une personne réelle et sans prétention.

Elle était la femme la plus importante du monde et elle était très terre à terre. Elle avait un grand sens de l’humour et était très attentionnée, mais je ne pense pas qu’elle ait supporté des bêtises.”

En 1977, Wade a remporté son premier titre à Wimbledon après avoir battu Betty Stove en finale.

Roger Federer est absent depuis un an

Alors que Nadal mène la course de titres de Grand Chelem avec 22 et que Djokovic devrait terminer avec la plupart des records clés au moment où sa carrière prendra fin, Mike Bryan admettant qu’il choisirait le troisième membre de ce triomphant.

“Pour moi, ça doit être Roger Federer”, a déclaré Mike à Tennis365. “Ces quelques années où il dominait, il n’a quasiment perdu aucun match. La façon dont il le fait est toujours si lisse.

Il ne transpire pas, il est comme un maître zen. Il est aussi le plus détendu du vestiaire. Avant une finale de Wimbledon, il rigole dans les vestiaires comme si c’était un dimanche après-midi dans le parc.

Quand tout sera dit et fait, qui sait qui aura tous les records, mais j’aurai toujours une place spéciale dans mon cœur pour Roger. ”

Leave a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*