Les pays du G7 adopteront une ligne plus dure sur le commerce avec la Chine


BERLIN : Les principales économies du Groupe des Sept ont convenu d’adopter une position plus ferme et plus coordonnée à l’égard de la Chine en ce qui concerne Commerce, Allemagnea déclaré jeudi le ministre de l’Economie.
Après une réunion de deux jours avec d’autres responsables du G-7, le ministre des affaires économiques et de la protection du climat Robert Habeck a déclaré aux journalistes que les discussions sur la Chine faisaient partie d’un effort visant à garantir des normes commerciales internationales élevées et à empêcher Pékin d’utiliser sa puissance économique pour écraser d’autres nations.
“La naïveté envers la Chine est terminée” Habeck dit, se référant à la propre position de l’Allemagne sur la Chine. “Le moment où l’on disait Commerce, quoi qu’il arrive, quelles que soient les normes sociales ou humanitaires, … est quelque chose que nous ne devrions plus nous permettre.”
Il a déclaré que l’Allemagne s’efforcerait de persuader l’Union européenne d’établir “une politique commerciale plus robuste envers la Chine et de répondre en tant qu’Européens aux mesures coercitives que la Chine prend pour protéger son économie”.
“Les autres pays partenaires feront exactement la même chose”, a déclaré Habeck, ajoutant que les membres du G-7 – qui comprennent également la Grande-Bretagne, le Canada, la France, l’Italie, le Japon et les États-Unis – ont convenu de coordonner leurs actions respectives.
Dans une déclaration commune à la suite de la réunion au palais de Neuhardenberg, à l’est de Berlin, le G-7 n’a pas explicitement nommé la Chine.
La déclaration s’est dite préoccupée par «les pratiques déloyales, telles que toutes les formes de transfert de technologie forcé, le vol de propriété intellectuelle, l’abaissement des normes du travail et de l’environnement pour obtenir un avantage concurrentiel, les actions de distorsion du marché des entreprises publiques et les subventions industrielles nuisibles, y compris celles qui conduisent à une capacité excédentaire.
Le groupe s’est également engagé à poursuivre la recherche d’une réforme de l’Organisation mondiale du commerce. Les États-Unis ont été particulièrement réticents à se soumettre à la juridiction de l’organisme basé à Genève sur les questions commerciales.



Leave a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*