Karolina Pliskova au sujet des entraîneurs qui exploitent les joueuses


Karolina Pliskova a reconnu qu’il existait effectivement “de nombreuses sortes de relations” entre les joueuses et les entraîneurs sur le circuit WTA. Cette déclaration de Pliskova est venue après que la joueuse de tennis française, Fiona Ferro, ait accusé son ancien entraîneur, Pierre Bouteyre, de viol et d’agressions sexuelles.

Ferro déclare qu’elle a été agressée entre 2012 et 2015, alors qu’elle n’était âgée que de 15 à 18 ans. Après sa victoire au 3e tour de l’US Open, Victoria Azarenka a manifesté de l’empathie envers Ferro, tout en appelant la WTA à réagir et à trouver le moyen de protéger les joueuses contre les manipulations et contre les entraîneurs exploiteurs.

Après que Pliskova ait battu Belinda Bencic au 3e tour de l’US Open, on lui a demandé d’apporter son avis touchant les commentaires et suggestions d’Azarenka. Pliskova a déclaré qu’elle ne voyait pas vraiment comment la WTA pouvait intervenir et aider dans de telles situations.

Pliskova sur les commentaires d’Azarenka

“Je n’ai entendu aucune histoire à propos de Fiona Ferro, donc je ne sais pas actuellement ce qui se passe. Je ne sais pas. Ouais, d’accord… Je ne pense pas que le tour puisse réellement faire quelque chose à ce sujet.

Je pense que c’est quelque chose que seules les joueuses peuvent gérer”, a déclaré Pliskova. “Bien sûr, certaines d’entre elles sont vraiment très jeunes. Elles n’ont peut-être pas beaucoup de choix.

Mais elles ont quand même des parents. Je pense qu’elles ont suffisamment de monde autour d’elles pour pouvoir gérer cette situation d’une manière ou d’une autre”, a-t-elle ajouté.

“Je pense que la WTA ne peut pas simplement s’immiscer à l’intérieur. C’est comme un truc d’équipe, c’est presque comme une famille. Ils ne peuvent pas simplement y aller et dire : ‘Ok, ce que tu fais n’est pas bon’.

Je ne pense pas qu’il y ait un moyen. Mais peut-être bien sûr, il pourrait y avoir quelqu’un pour vous aider au cas où vous auriez juste besoin de parler de certaines choses. En fait, je pense que maintenant, il y a un coach mental ou quelqu’un comme ça à chaque tournoi.

Je pense que oui. Mais je pense aussi que ça a toujours comme ça. Et bien sûr, certains entraîneurs prennent peut-être cela un peu plus au sérieux. Je ne sais pas. Il y a aussi beaucoup de relations différentes entre les joueuses et les entraîneurs.

C’est comme ça. En fait, je ne sais pas ce que j’en pense. Pardon.” Pliskova a peut être donné une réponse vague ou confuse, car elle ne s’était pas préparée à la question.

Mais l’affaire relatée par Fiona Ferro nous montre que les joueuses, surtout les plus jeunes, devraient avoir une plus grande marge de manoeuvre afin de ne plus être victimes d’exploitation de la part de certains entraîneurs.

Une communication de la WTA dans ce sens ne pourrait être que bénfique, pour souligner le caractère “anormal” de certaines relations coach-joueuses, et pour encourager les joueuses qui auraient encore peur à dénoncer de tels agissements lorsqu’ils sont avérés. Pour une victime,savoir que l’on sera écoutée peut réellement tout changer.

Leave a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*