Le roi vert : Charles l’écologiste


LONDRES : la nouvelle Bretagne Le roi Charles III est un écologiste engagé avec une longue histoire de campagne pour une meilleure conservation, l’agriculture biologique et la lutte contre le changement climatique, ce qui est susceptible de bien convenir aux jeunes Britanniques plus soucieux de l’environnement.
Intercalé entre des photos de réunions officielles et d’autres fonctions royales, son compte Instagram en tant que prince de Galles comportait généralement des images le montrant en faveur de causes environnementales en Grande-Bretagne et au-delà.
Ils ont notamment planté des arbres, montré des fruits et légumes biologiques de sa résidence Clarence House et des fleurs colorées poussant dans le jardin de sa bien-aimée Highgrove House dans le Gloucestershire, dans l’ouest de l’Angleterre.
Une photo même capturée Charles – qui a maintenant transmis le titre de prince de Galles à son fils et héritier William – lors d’une visite dans les mangroves menacées de Saint-Vincent-et-les Grenadines dans les Caraïbes.
Lorsque la Grande-Bretagne a accueilli le sommet sur le climat COP26 en Écosse l’année dernière, il a prononcé le discours d’ouverture, exhortant les dirigeants mondiaux assis devant lui à redoubler d’efforts pour faire face au réchauffement climatique et avertissant : “Le temps est littéralement épuisé”.
Depuis son premier grand discours public sur le sujet en 1970, Charles « sensibilise depuis très longtemps à tous les aspects de l’environnement », a déclaré Bob Ward, du Grantham Research Institute on Climate Change and the Environment.
“À bien des égards, il a été en avance sur la prise de conscience publique et la prise de conscience politique” sur la question, a-t-il déclaré à l’AFP.
À Highgrove, Charles a cultivé un jardin ouvert au public ainsi qu’une ferme entièrement biologique.
Elle a d’abord laissé certains agriculteurs voisins sceptiques, mais est progressivement devenue une entreprise prospère et vend ses produits sous la marque “Duchy Organic” dans la chaîne de supermarchés haut de gamme Waitrose.
“Le sien Altesse Royale a personnellement pris de nombreuses mesures pour vivre de manière plus durable”, a déclaré son site officiel pour son mandat en tant que prince de Galles.
Il a noté qu’environ 90% de l’énergie à usage de bureau et domestique provenait désormais de sources renouvelables, avec environ la moitié de celle générée à partir de sources renouvelables sur site telles que des panneaux solaires, des chaudières à biomasse et des pompes à chaleur et le reste à partir d’électricité et de gaz achetés à partir de sources renouvelables. .
Depuis plusieurs années, Charles publie son empreinte carbone annuelle – y compris les voyages non officiels – qui s’élevait à 445 tonnes pour l’année jusqu’en mars 2022.
Sa voiture, une Aston Martin détenue depuis plus de 50 ans, a été modifiée pour fonctionner avec du vin blanc anglais excédentaire et du lactosérum provenant du processus de fabrication du fromage.
Il fonctionne avec un mélange de 85 % de bioéthanol et de 15 % d’essence sans plomb.
Le monarque est président de l’association caritative WWF-UK pour les animaux depuis 2011, imitant son défunt père Prince Philippequi a joué le même rôle de 1981 à 1996.
Il est également le parrain de plusieurs autres associations, comme “Surfers Against Sewage”, et a prononcé de nombreux discours alertant sur la disparition de la biodiversité.
Plus récemment, en avril, il a écrit un article pour le magazine Newsweek – et a également honoré sa couverture – intitulé “Nos enfants nous jugent”.
Ses positions vocales sur des questions telles que l’environnement ont suscité des critiques selon lesquelles il s’écarte des normes constitutionnelles qui voient la famille royale rester politiquement neutre à tout moment.
Charles a juré à plusieurs reprises de rester fidèle aux pratiques constitutionnelles, pas plus tard que cette semaine lorsqu’il est monté sur le trône.
Mais il ne considère peut-être pas les causes environnementales et de conservation comme ouvertement politiques.
“Il serait très sensible en tant que chef d’État”, a prédit Ward.
“Il doit faire très attention à ne pas être perçu comme agissant d’une manière qui pourrait être considérée comme faisant pression sur le gouvernement. Mais je ne m’attends pas à ce qu’il ne parle pas du tout.”
Ruby Wright, une illustratrice de 42 ans venue au palais de Buckingham pour rendre hommage à feu la reine Elizabeth II, a déclaré vendredi qu’elle espérait “qu’il s’en tienne à ses armes”.
“Je pense qu’il doit être plus modeste et vraiment pousser l’agenda environnemental et en faire son héritage”, a-t-elle déclaré à l’AFP.
“Je sais qu’il n’a pas du tout le droit de faire de la politique, mais ce n’est pas de la politique. C’est l’avenir de l’humanité.”
Laura Beirne, une créatrice de mode de 30 ans, a accepté. “Je pense que c’est positif qu’il soutienne l’environnement. C’est important, je pense, pour ma génération.”
En tant que roi, il aura moins de temps pour ses passions de jardinage et d’agriculture. Il a admis dans une interview en 1986 qu’il avait parlé aux plantes, attirant certaines moqueries.
Mais le relais a déjà été passé à son fils William, qui partage son engagement pour l’environnement.
William a créé l’année dernière le prix Earthshot, qui récompense les projets qui proposent des solutions à la crise climatique.



Leave a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*