L’USCIS est sur la bonne voie pour émettre 281 507 cartes vertes basées sur l’emploi d’ici le 30 septembre


Bombay : Le Services Américains de la Citoyenneté et de l’Immigration (USCIS) a déposé une déclaration au tribunal indiquant que l’agence d’immigration a utilisé presque tous les visas d’immigrant basés sur l’emploi disponibles (cartes vertes) pour l’exercice en cours qui se terminera bientôt le 30 septembre. À la fin de ce mois, il aurait délivré 281 507 visas verts cartes.
Jeremy McKinney, président de l’American Immigration Lawyers Association, a déclaré que la délivrance de plus de 280 000 visas d’immigrant basés sur l’emploi est tout un exploit, ce qui n’a été possible que grâce au personnel et à la direction qui ont fait des heures supplémentaires pour traiter efficacement les demandes. “C’est le double du nombre de visas normalement délivrés en un an et un effort vraiment remarquable de la part des agences qui ont dû faire face à de nombreux obstacles ces dernières années.”
Plus de 65 000 cartes vertes basées sur l’emploi sont restées inutilisées en 2021, ce n’est donc pas une mince affaire. Cependant, plusieurs avocats spécialisés en immigration soulignent que le processus de délivrance n’est pas en règle, ceux qui ont postulé le plus tôt n’en bénéficieront peut-être pas nécessairement.
Greg Siskind, avocat spécialisé en droit de l’immigration, a tweeté : « L’USCIS opte pour les cas les plus faciles à juger, par opposition à statuer dans l’ordre, est contraire à la loi et à la politique de l’USCIS. Prendre des raccourcis pour éviter qu’un juge ne se prononce sur la légalité de la réservation de visas d’immigrant ne va pas rester incontesté.
Dans le contexte des mesures prises par l’USCIS pour éviter le gaspillage des cartes vertes basées sur l’emploi, cet exercice, la récente publication du bulletin sur les visas a été une énorme déception pour la diaspora indienne.
Pour les Indiens, dans la catégorie EB-2 (ceux qui ont des diplômes supérieurs), il y a une régression de deux ans et demi jusqu’au 1er avril 2012. Le bulletin des visas est émis mensuellement et indique quand un ressortissant étranger vivant aux États-Unis peut franchir l’ultime étape du dépôt d’un redressement de statut et obtenir une carte verte.
Sharvari Dalal-Dheini, directeur des relations gouvernementales à l’AILA, a ajouté : « Ce que cet effort considérable a également montré, c’est que Congrès doit soutenir le travail important des deux agences par le biais de crédits. Habituellement, le travail de l’USCIS et du DOS est payant, mais compte tenu de l’énorme arriéré engendré sous l’administration précédente et de l’impact des restrictions pandémiques, le Congrès doit garder les cordons de la bourse ouverts pour s’assurer que les agences sont équipées pour traiter rapidement et efficacement toutes les personnes qui restent dans les arriérés de visas d’emploi, de famille et d’immigrants divers. Cela ne fera qu’améliorer la reprise de notre pays après la pandémie.
“Malgré l’effort herculéen, force est de reconnaître que de nombreuses personnes qui espéraient obtenir leur visa d’immigrant cette année sont désormais confrontées à une rétrogradation de visa et d’autres, en particulier celles qui sont dans l’arriéré familial, ont vu les retards s’aggraver encore. En tant que tel, nous devons continuer à pousser le Congrès à réformer le système des visas d’immigrant pour garantir que les visas ne soient pas perdus, que les enfants ne vieillissent pas, que les besoins d’emploi de notre pays soient satisfaits et que nous puissions garder les familles ensemble », a-t-elle ajouté.



Leave a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*