« Parfois, je suis désolé pour tous les ennuis… »


Roger Federer est arrivé à Houston pour la Master Cup ATP en 2003 dans le but d’élever son niveau par rapport aux tournois récents. Après avoir remporté le titre de Vienne, Roger n’a pas bien joué à Madrid malgré sa demi-finale.

Il a subi des défaites précoces à Bâle et à Paris et voulait réparer cela lors de la dernière épreuve de la saison. Federer a affronté le favori local Andre Agassi lors de la première rencontre et a eu du mal à surclasser le vétéran avec un score de 6-7 6-3 7-6.

Après le premier set, Roger s’est installé dans un bon rythme et a continué à mener 5-3 dans le jeu décisif. Andre a rebondi avec un break tardif pour allonger l’affrontement, atteignant le tie-break et gagnant deux balles de match.

Federer a gardé son sang-froid pour les repousser et sceller le break à 9-7 pour remporter la première victoire sur l’Américain. Jouant contre un autre adversaire qu’il n’avait jamais battu auparavant, Federer a fait preuve d’un tennis de classe mondiale pour vaincre David Nalbandian 6-3 6-0.

Le Suisse a tout fait correctement sur le terrain, contrôlant le rythme au service et au retour pour vaincre l’Argentin pour la première fois en six rencontres. Lors du duel des huitièmes de finale, Roger a battu le numéro 2 mondial Juan Carlos Ferrero 6-3 6-1 pour atteindre les demi-finales avec style et venger la défaite de Madrid.

Federer a sauvé les trois balles de break et a délivré quatre breaks de service pour prendre la tête. Le Suisse a eu 23 coups gagnants et 12 fautes directes, dominant ses coups et dominant l’Espagnol dans des échanges plus avancés.

Roger a commencé fort, obtenant un break au 15e du deuxième jeu et surmontant une petite frayeur au troisième pour se tailler une avance de 3-0. Les deux ont bien servi à la fin du set, et Federer l’a réclamé à 6-3, mettant en place une autre attaque dans le second.

Là, il a obtenu un break dans le troisième jeu après une double faute de Juan Carlos et en en sécurisant un autre à 3-1.

Roger Federer est entré dans l’histoire

Lors de l’interview, on a demandé à Roger Federer s’il savait cuisiner, ce à quoi il a répondu par la négative.

« Non, malheureusement pas vraiment », a déclaré Federer. « Cependant, j’ai eu beaucoup de chance avec ma mère et plus tard avec Mirka, qui cuisinent toutes les deux très bien. J’ai aussi aimé être gâtée dans les hôtels et les restaurants. »

Cela dit, Roger Federer a affirmé qu’il souhaitait apprendre l’art de la cuisine. « Ce qui n’est pas, peut encore l’être, et j’apprends à cuisiner. J’ai rencontré de nombreux et merveilleux chefs au fil des ans et j’aimerais mieux comprendre leur art », a-t-il déclaré.

« Parfois, je suis désolé pour tous les problèmes qu’ils ont mis dans la préparation, puis ça craint et c’est parti. »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*