burkina: Le bilan des massacres de jihadistes au Burkina s’élève à 86


Ouagadougou. Le nombre de morts d’une attaque du week-end dans le nord du Burkina Faso a augmenté de sept, portant le nombre de morts à 86, ont annoncé mercredi les autorités.
Le massacre du village de Seytenga est le deuxième pire de l’histoire de l’insurrection burkinabé, qui a commencé en 2015 lorsque des djihadistes ont lancé des raids transfrontaliers depuis le Mali.
Des attaques menées principalement par des groupes affiliés à Al-Qaïda et au groupe État islamique ont depuis fait des milliers de morts, tandis que près de deux millions ont fui leur domicile.
Le précédent bilan de l’attaque de Seytenga était de 79.
Pendant ce temps, plus de 600 personnes originaires du Burkina ont fui vers le nord du Togo en quête de sécurité en raison des attaques djihadistes dans le sud-est du Burkina, a indiqué à l’AFP l’Agence nationale de protection civile du Togo.



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*