Un sportif français ébahi par les injections de Rafa Nadal: « Les héros d’aujourd’hui »


Rafael Nadal a remporté un 22e titre record en Grand Chelem ainsi que son 14e sacre à Roland Garros. Il y est parvenu après avoir éliminé 7 redoutables adversaires, dont le Norvégien Casper Ruud en finale, en un peu plus de 2 heures de jeu.

Au-delà de son talent et de ses performances, le champion espagnol a également affirmé qu’il a eu recours à des infiltrations qui lui ont permis d’anesthésier son pied, atteint d’une maladie chronique, et de pouvoir ainsi jouer sans douleur.

Il s’agit du syndrome de Muller-Weiss, une maladie dégénérative du pied qui apparaît en général vers 40 ans et qui peut causer de grands troubles dans la vie d’un joueur de tennis.

« Le moment le plus difficile a été après le second match contre (Corentin) Moutet », avait commencé à expliqué Nadal. « Je suis arrivé à l’hôtel et je ne pouvais pratiquement plus marcher à dire vrai.

J’avais le médecin avec moi ici, on a vécu beaucoup de choses ensemble. Je crois qu’aucun joueur n’a donné autant de travail au médecin de la fédération espagnole qui est avec moi.

J’ai joué avec le pied endormi, il a fallu bloquer les nerfs pour que le pied soit insensible. C’est ainsi que j’ai pu jouer, c’est pour cela que je dis que je ne peux pas continuer ainsi. Il faut trouver une autre solution », avait-il poursuivi, en parlant des infiltrations qu’il a reçues tout au long du tournoi parisien, à savoir des injections locales de produits anesthésiants et anti-inflammatoires, dérivés de la cortisone.

Un médecin a aussi affirmé que le type d’anesthésie au pied subi par Rafa était une anesthésie entièrement locale, qu’il n’y avait aucune diffusion dans le système sanguin du joueur.

Le champion du Grand chelem à 22 reprises a d’ailleurs annoncé qu’il ne souhaitait plus avoir recours à cette technique, mais plutôt à un traitement par radiofréquence.

Si la question de la légalité des injections de Nadal ne se pose absolument pas au tennis (elles sont autorisées par l’ATP), d’autres sportifs y voient un problème éthique.

Par exemple, dans un souci d’égalité, pourrait-on autoriser un joueur gravement blessé sur le court, ou sujet à des crampes, à recourir à une infiltration pour « éteindre la douleur » et continuer à jouer, quitte à se détruire complètement lle pied ensuite ? Parmi ceux qui se sont questionné sur cette pratique thérapeutique dans le sport, il y a le cycliste français Thibaut Pinot.

C’est en particulier une séquence de la conférence de presse de Rafa qui a fait tiquer le cycliste, dont le sport interdit les infiltrations, plus précisément les infiltrations en pleine compétition.

Une consultante du tennis à Rafael Nadal (RG 2022) : « Combien d’injections as-tu reçues pendant le tournoi ? »
La réponse de Nadal : « C’est mieux que tu ne le saches pas ! » L’ironie du Majorquin en parlant de ses injections répétées pour anesthésier son pied a ainsi créé de l’émoi chez plusieurs, et a fait aussi réagir le cycliste français Thibaut Pinot dans un tweet exprimant étonnement et désolement.

« Les héros d’Aujourd’hui… » , a-t-il commenté, tout en retweetant la séquence d’interview du joueur de tennis.

En effet, dans le cyclisme qui est un sport ayant connu de grands scandales liés au dopage, les injections ou infiltrations sont totalement bannies.

D’après la charte du Mouvement pour un cyclisme crédible (MPCC). « Les infiltrations de corticoïdes, qui ne requièrent pas d’AUT (Autorisation à usage thérapeutique), seront obligatoirement validées par le médecin responsable de l’équipe, qui prescrira obligatoirement 8 jours minimum d’arrêt de travail et de compétition et un contrôle de cortisolémie »

Pour les adhérents du mouvement auquel appartient Pinot, Il peut donc exister certaines infiltrations autorisées à des fins thérapeutiques, mais elles doivent toujours être effectuées durant des périodes d’inactivité sportive.

2 jour après le tweet du cycliste, le joueur de tennis Jonathan Eysseric a répondu en écrivant : « La tristesse de ce tweet » Ce à quoi le sportif Thibaut Pinot a répliqué en s’expliquant davantage :
« Pourquoi ? Parce que j’ai mes convictions, une façon de voir le sport et la performance sportive autrement que la vôtre peut- être ? Mon tweet (3 mots) qui fait tant réagir est tombé sur Nadal mais ça aurait pu être un…

(emojis indiquant d’autres sports). En aucun cas, sa carrière ni son talent ne sont remis en causes ici. On voit trop de sportifs utiliser ce genre de pratique ces dernières semaines. J’ai quasiment perdu 2 ans de carrière, sûrement les plus belles, pour soigner mon dos.

Ça a été difficile, mais j’en suis fier aujourd’hui. (Ce sont) Des méthodes tout simplement interdite dans mon sport, tant décrié malheureusement. Voilà un peu plus de précision sur la tristesse de mon tweet.

Désolé si ma réponse est tombée sur vous. Sportivement », a-il publié.

En 2021, Thibaut Pinot avait accordé une interview au Journal L’Equipe, pour parler de sa blessure au dos survenue en 2020 et qui l’avait obligé à mettre sa carrière en pause.

Il avait alors déclaré : « Quand je vois l’effet que l’infiltration m’a fait dans le dos (durant la pause), je me dis que des courses, il y en a plusieurs que j’aurais finies »



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*