Un examen du scandale de la maternité au Royaume-Uni révèle 200 décès évitables de bébés


LONDRES: Un examen d’un groupe hospitalier britannique frappé par un scandale a déclaré mercredi que les échecs persistants des soins de maternité avaient contribué au décès évitable de plus de 200 bébés sur deux décennies.
L’examen a commencé en 2018 après que deux familles qui avaient perdu leurs bébés sous la garde de Shrewsbury et de Telford NHS Trust dans l’ouest de l’Angleterre ont fait campagne pour une enquête.
L’ancienne sage-femme principale Donna Ockenden a mené une enquête sur près de 1 600 incidents entre 2000 et 2019, y compris des cas de mortinaissance, de décès néonatal, de décès maternel et d’autres complications graves chez les mères et les nouveau-nés.
L’enquête a révélé que 131 mortinaissances, 70 décès néonatals et neuf décès maternels auraient pu ou auraient été évités avec de meilleurs soins.
Ockenden a déclaré mercredi que la direction de l’hôpital « n’a pas enquêté, n’a pas appris et n’a pas réussi à s’améliorer ».
« Cela a entraîné des tragédies et des incidents qui ont changé la vie de tant de nos familles », a-t-elle déclaré.
Le rapport initial d’Ockenden en 2020 a révélé qu’un schéma d’échecs et de soins maternels médiocres entraînait des décès évitables et des dommages aux mères et aux nouveau-nés. Il a déclaré que les décès ne faisaient souvent pas l’objet d’une enquête et que les mères en deuil étaient parfois blâmées pour leur perte.
Ockenden a déclaré que l’hôpital avait pour objectif de maintenir les taux de césarienne bas et que, dans certains cas, le choix d’effectuer des césariennes plus tôt aurait évité des décès et des blessures.
Ockenden a déclaré mercredi qu’elle était « profondément préoccupée » par le fait que les familles continuaient de contacter l’équipe d’examen en 2020 et 2021 avec des inquiétudes concernant la sécurité des soins à l’hôpital.
Ockenden a déclaré qu’il y avait eu des progrès depuis son rapport de 2020, mais qu’une amélioration « systémique » était nécessaire dans tout le pays, notamment en veillant à ce que les unités de maternité soient correctement dotées en personnel et financées.
La directrice générale de Shrewsbury et Telford NHS Trust, Louise Barnett, a présenté « des excuses sincères ».
Elle a dit « nous devons à ces familles que nous avons échouées et à celles dont nous nous soucions aujourd’hui et à l’avenir de continuer à apporter des améliorations ».



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*